La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

On the town

On the town - Critique sortie Danse
Crédit photo : Johan Persson Légende photo : Une comédie musicale pleine d’énergie

Publié le 10 décembre 2008

Le « musical » de Leonard Bernstein et Jerome Robbins est à l’affiche du Châtelet dans une production impressionnante.

New-York, décembre 1944. Une bande de jeunes artistes enchante l’hiver assombri par le fracas de la guerre avec une œuvre radicalement nouvelle : mariant les accents jazzy et les mouvements symphoniques de la musique de Bernstein, On the town fusionne danse et théâtre en une comédie qui caracole crescendo comme une joyeuse fantaisie jetée à la face des tourments de l’époque. En écho au mélange des sonorités, la chorégraphie de Jerome Robbins allie technique classique, danses de salon et claquettes sur une sémillante partition. Le livret et les lyrics, signés Betty Comden et Adolph Green, suivent les destinées de trois matelots en permission aux prises avec les piquants de l’amour et la violente dureté du conflit mondial. Poursuivant une collaboration qui s’ouvrit avec Fancy Free, ballet en un acte créé au printemps 1944, Leonard Bernstein et Jerome Robbins, 25 ans, remportaient un franc succès pour leur première incursion à Broadway. « Le sujet était léger mais le spectacle sérieux… Nous avons fait une comédie joyeuse et vivante qui parle de la guerre dans un esprit divertissant, mais avec un souci esthétique extrêmement poussé. » dira plus tard le compositeur.
 
Une comédie enlevée
 
Soixante ans plus tard, ce « musical » n’a rien perdu de sa vitalité. « On the Town est avant tout un hymne à la vie d’un genre particulier », souligne Jude Kelly, directrice artistique du Southbank Centre, une des plus grandes institutions culturelles britanniques, qui signe la mise en scène. Créé en 2005 à l’English National Opera, ce spectacle rassemble sur le plateau une quarantaine d’artistes dont vingt-deux danseurs. Stephen Mear, qui a réglé les ballets de nombreuses comédies musicales outre Manche, a mis de son « propre style dans cette chorégraphie, sans trahir celui de Robbins. ». Suivant les pas des créateurs, il colore aujourd’hui la joie de teintes plus sombres, montrant la fragilité de l’existence et l’énergie d’une jeunesse en but aux aléas du destin et aux soupirs du cœur. Thèmes éternels…
 
Gw. D.


On the Town, musical de Leonard Bernstein, d’après une idée originale de Jerome Robbins, mise en scène de Jude Kelly, chorégraphie de Stephen Mear, du 10 décembre 2008 au 4 janvier 2009, au Théâtre du Châtelet, 1 place du Châtelet, 75001 Paris. Rens. 01 40 28 28 40 et www.chatelet-theatre.com. Lire aussi notre entretien en classique.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse