La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

No World / FPLL

No World / FPLL - Critique sortie Théâtre Paris Le 104
No world / FPLL de la Winter Family au 104. CR : Samuel Rubio

Le 104 / Winter Family

Publié le 23 novembre 2015 - N° 238

Dans le cadre du festival Temps d’images, la Winter Family présente un spectacle performance autour du déferlement d’images dans notre société ultra connectée. Plutôt décevant.

On les avait découverts au 104 où ils sont désormais artistes associés. En 2011, la Winter Family remportait le prix du festival Impatiences avec Jérusalem plomb durci, un spectacle performance qui s’attaquait habilement à la politique israélienne. La Winter Family est née de la rencontre en 2004 entre Ruth Rosenthal, chanteuse israélienne née à Tel Aviv, et Xavier Klaine, musicien français. Ce premier opus, Jerusalem plomb durci, leur a valu une rapide reconnaissance internationale, et tourne encore à travers le monde. Comme son prédécesseur, No world / FPLL tient davantage de la performance que du théâtre et véhicule un point de vue politique, même si ses auteurs se défendent d’être engagés ou de vouloir apporter des réponses. En jeu, ici, l’ultra connexion dans laquelle nous baignons tous de plus en plus, qui en nous saturant d’images et de virtuel nous plonge dans un no world, une sorte de non-monde informe, un trou noir en somme par lequel il vaudrait mieux ne pas se faire avaler.

«  La vie est belle  »

Jeux Candy Crush sur les côtés, grand écran en fond de scène devant lequel Ruth Rosenthal opère une conférence à la Steve Jobs, le dispositif singe les conférences TED (Technology, Entertainment, Design) en découpant le propos en neuf thèmes, soit autant que les cercles de l’enfer dantesque. Aux côtés de Ruth Rosenthal, le breakdancer Mamadou Gassama et la performeuse anglaise Johanna Allitt sont scotchés à leur portable quand ils ne dansent pas. Un peu avant la fin du spectacle, Guy-Marc Hinant porte sur scène une conférence à moitié loufoque autour de la Lotharingie, vraie région qui doit son nom à Lothar, fils de Charlemagne, et qui a depuis disparu de notre géographie, devenant donc un non-monde. Mais l’acteur principal de ce spectacle, c’est bien le collage d’images issues d’Internet qui coulent en continu sur l’écran du fond. Le principe est souvent celui du contraste : une auxiliaire de vie raconte sa vie ordinaire sur fond d’images de dirigeants politiques se serrant la main. Vraie vie contre comédie de communicants. Une directrice de compagnie raconte ses actions de sensibilisation en parallèle avec une femme qui a remporté une émission type Top Chef. Action culturelle contre culture paillettes. Tout cela nous montre combien le virtuel, la Toile, l’image développent un univers qui nous éloigne du réel. « La vie est belle », conclut ironiquement ce spectacle qui se veut situationniste face à la société du spectacle. Mais le propos est un peu basique, un peu didactique, malgré un assemblage d’éléments disparates.

Eric Demey

A propos de l'événement

No World / FPLL
du Mardi 8 décembre 2015 au Vendredi 11 décembre 2015
Le 104
5 Rue Curial, 75019 Paris, France

à 19h30, le 11 à 20h30. Tel : 01 53 35 50 00. Durée : 1h15. Également au théâtre municipal de Choisy-le-Roi le 4 décembre. Spectacle vu lors du festival d'Avignon 2015.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre