La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

Les Rencontres Essonne Danse

Les Rencontres Essonne Danse - Critique sortie Danse
Crédit : Bernard Prudhomme Légende : Les danseurs du Ballet de Lorraine sous la direction des tunisiens Hafiz Dhaou et Aïcha M’Barek Crédit photo : Isabela Figueiredo Légende photo : Qudus Onekiku, dans My Exile is in my Head.

Publié le 10 mars 2011 - N° 187

Fidèle à son principe de tête chercheuse, la 10e édition propose un parcours buissonnier à travers les tendances de la jeune danse internationale.

Ils viennent cette année du Niger, de Belgique, d’Afrique du Sud, des Etats-Unis, d’Italie, d’Espagne et de France… Les artistes invités des Rencontres Essonne Danse dessinent ainsi une géométrie internationale des tendances de la jeune danse. Fédérant sept théâtres du département, le festival va fureter par delà les frontières et les genres pour découvrir au public des talents singuliers qui inventent leur art au présent. Quelque douze compagnies déploient ainsi les diverses facettes de la danse. Certaines puisent leur matière dans le patrimoine, telles Tango Ostinato qui tire du tango argentin la sève de sa gestuelle, ou Raphaëlle Delaunay qui, dans Bitter sugar, gratte l’Histoire noire sous le plaisir virtuose des danses jazz et les relie aux mouvances actuelles du hip hop. Avec Woza, Via Katlehong Dance tresse le pantsula pratiqué dans les townships sud-africains, le gumboots né dans les mines d’or et la chorégraphie contemporaine africaine. D’autres frottent danse, théâtre et musique, comme Sophie Bocquet, qui noue Slim autour d’un souvenir d’enfance, ou bien travaillent l’interaction avec la vidéo, à l’image de Compagnie Sabdag, qui construit son Focus par éclats de projections mentales, ou encore de Sabine Glenz, qui déconstruit le mouvement par la photographie.
 
Etats de corps
 
Le corps offre aussi un espace d’exploration sans cesse réinvesti. Qu’il exulte en chutes et reprises cadencées dans Passo (Pas/Démarche) d’Ambra Senatore, ou qu’il murmure son intime expérience de la féminité dans 3XX, projet mené par Eva Bertomeu, il porte à même la peau les élans et déchirures intérieures. Daniel Linehan va jusqu’à l’épuiser dans l’infinie rotation de gestes et de pensées qui scande Not about everything. Avec My Exile is in my Head, Qudus Onikeku, danseur acrobate tout juste sorti du CNAC et lauréat du 8e festival Dense Bamako Danse, laisse affleurer par sa danse musclée, puissamment incarnée, les tumultes d’une traversée en exil. Ce solo trouve écho en contraste avec Nos solitudes : le corps suspendu par des fils au cœur d’une nuée de poids ferreux, Julie Nioche joue de la gravité, tire ses liens, défait ses attaches, tout à la fois empêchée, manipulée et manœuvrant, toujours en équilibres instables. Elle captive par sa présence sereine et pourtant trouble, par la puissance métaphorique du dispositif et les remuements de tout son être. Proposant sept soirées comme autant de voyages, la 10e édition des Rencontres Essonne Danse poursuit donc sa ligne de force : celle de la découverte et du partage.
 
Gwénola David


Les Rencontres Essonne Danse. Du 27 mars au 7 avril 2011. Centre Culturel des Portes de l’Essonne Athis-Mons, Théâtre Brétigny (Brétigny-sur-Orge), Théâtre de l’Agora (Évry), Salle Pablo Picasso (La Norville), Espace Culturel Boris Vian (Les Ulis), Les Salons du Château (Morsang-sur-Orge), Théâtre de la Vallée de l’Yerres (Brunoy). Rens. : 06 71 20 63 53.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse