La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Entretien

Thierry Malandain

Thierry Malandain - Critique sortie Danse

Publié le 10 février 2011 - N° 185

Une histoire entre soi et l’enfance

Casse-Noisette, Le Lac des Cygnes, La Belle au Bois Dormant : des ballets incontournables qui ont en commun leur compositeur, Tchaïkovski. Dans Magifique, Thierry Malandain s’empare des trois Suites pour orchestre du compositeur, souvent caractérisées comme les meilleurs morceaux des trois ballets. Du sur mesure pour le chorégraphe, permettant de porter haut et fort son sens de l’illusion et sa parfaite maîtrise gestuelle.

« C’est la musique qui m’inspire. »
 
 
Ces trois ballets subsistent dans l’Histoire et dans l’imaginaire. Comment faire pour exister à travers ce cadre, qui pourrait devenir un carcan ?
T. M. : Nous sommes devant trois partitions très connues, et, à par des citations – je pense au pas de quatre des cygnes, où il est difficile de faire autre chose, et à l’adage à la rose (dans La Belle au Bois Dormant, ndlr) – je procède par petites touches par rapport à ce qui illustre habituellement cette musique. Je suis quelqu’un de nostalgique, de passionné par l’Histoire, parce qu’elle me permet de comprendre des choses. Et c’est aussi une affaire de goût et de coût : j’aime la musique plutôt symphonique, en tout cas avec des instruments acoustiques. Ces trois ballets, que je relis à ma façon, ont été chorégraphiés initialement par Marius Petipa et Lev Ivanov. Petipa travaillait toujours ses projets bien avant que la musique ne soit créée. Ivanov, c’était le contraire, il était avant tout inspiré par la musique. Moi, je suis de cette famille-là. Si j’avais un projet simplement littéraire et que je devais dire au compositeur voilà, on va travailler sur ce matériau, je serais complètement démuni car c’est la musique qui m’inspire. C’est pour cela que je relis des partitions de ballets, et c’est devenu une sorte de spécialité.
 
 
Comment convoquez-vous la narration, en référence à ces pièces aux livrets très présents ?
T. M. : La première Suite a été composée par Tchaïkovski avant même la création du ballet complet lors d’un gala avec seulement les numéros consacrés aux divertissements. Par contre, La Belle et Le Lac, sont constituées d’une sorte de « best of » des morceaux considérés comme les plus caractéristiques avec à la fois des scènes de divertissements, mais aussi des scènes centrées sur les personnages et la narration. Toujours est-il qu’on ne peut absolument pas raconter comme cela l’histoire des ballets. Je respecte l’ordre des Suites, sans logique narrative. Je m’appuie aussi beaucoup sur la présence d’un des danseurs de ma compagnie, Guiseppe Chiavaro, le plus grand et le plus ancien.
 
C’est un des piliers de la compagnie…
T. M. : Oui, nous travaillons ensemble depuis longtemps et j’avais envie de développer quelque chose autour de lui, sinon pour lui. C’est une histoire à deux personnages – qui est aussi un peu la mienne – entre lui et la part de l’enfance. L’enfance, c’est le plus petit, et l’un des plus jeunes, Arnaud Mahouyi, qui l’illustre. Au cours de cette sorte de voyage à travers les épisodes musicaux des trois ballets, à travers des souvenirs, des émotions, des choses absurdes et drôles se déploient, comme la marche de Casse-Noisette où j’ai repris le défilé de l’Opéra de Paris, ou des fantaisies, comme cette danseuse sans bras…
 
Le titre est très évocateur. Dans ce mot « magie », il y a tout ce rapport à l’illusion que l’on retrouve d’ailleurs habituellement dans votre travail, avec tous les ressorts de la scénographie, de la lumière, des costumes…
T. M. : Quand j’étais gamin, et que je mangeais quelque chose de très bon, par exemple, je disais que c’était “délicieux-magifique“. Comme j’avais envie de faire un lien avec l’enfance, j’ai trouvé que cela correspondait bien à cet univers ! Sur scène un tapis noir et brillant, plein de miroirs, dessinera l’espace de différentes façons tout au long du spectacle. Entre les trois ballets, des personnages en noir avec des bottes vont modifier la scénographie, et incarner la part sombre des contes. Avec leur costume en skaï brillant, ils sont un peu trop beaux pour être vrais. Tout cela ne donne pas naissance à un ballet « sérieux », mais ne gomme pas non plus les pages les plus émouvantes.
 
Propos recueillis par Nathalie Yokel


Magifique de Thierry Malandain les 9, 10 et 11 février au Théâtre national de Chaillot, Place du Trocadéro, 75016 Paris. Rens. 01 53 65 30 00 et www.theatre-chaillot.fr. Et le 5 février à la Maison de la Musique de Nanterre. Rens : 01 41 37 94 20.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse