Théâtre - Critique

L’Envol des cigognes

écriture et mise en scène Simon Abkarian

Proposé en alternance avec Le Dernier Jour du jeûne, L’Envol des cigognes éclaire la vie d’un quartier plongé dans la guerre. Une tragédie profonde et palpitante, qui se déploie au cœur de l’humain.

Terreur et pitié. Colère qui bouillonne et tendresse qui console. La catharsis, qui il faut bien l’avouer relève souvent davantage du concept livresque que de l’expérience sensible, prend ici tout son sens. Grâce au geste théâtral bouleversant, ambitieux, exigeant et populaire de Simon Abkarian, qui présente sur le plateau du Théâtre du Soleil deux volets de sa trilogie retraçant, quelque part en Méditerranée, l’histoire d’une famille sur trois générations : Le Dernier Jour du jeûne, « tragi-comédie de quartier », et L’Envol des Cigognes, qui plonge ce quartier et la famille de Théos et Nouritsa dans le chaos de la guerre civile. Les voisins deviennent des ennemis à abattre, les mains sont trempées dans le sang, les chambres deviennent des postes de tir, les pires exactions adviennent. Pourtant, la force du cœur se fraie toujours un chemin vers son expression, loin de toute niaiserie. Lorsque la jeune Orna, à peine 17 ans, orpheline violée rescapée d’un massacre, trouve refuge chez Nouritsa et Théos, ils l’adoptent lors d’un rituel sidérant, beau à pleurer. Mettre en scène le tragique de la guerre pour Simon Abkarian, c’est prévenir tout manichéisme et toute certitude, c’est éclairer au cœur des ténèbres – au-delà des ténèbres… – le pire et le meilleur, l’envie de vivre jusqu’au bout de ses forces, le désir de célébrer des mariages malgré l’issue fatale et le crépitement incessant des armes.

Enfermé dans la cage du monde

La guerre grossit tout, révèle tout, et la langue lyrique magnifie les actes de résistance, laisse voir dans toute sa profondeur l’attendu ou l’inattendu de l’humain, qui peut, quasi à son insu, devenir monstre. Cette traversée rend grâce aux femmes, aux mères et aux épouses. La langue frontale, hardie, nourrie d’un riche et antique héritage, déploie dans leur complexité les enjeux et les conflits, parfois avec humour et ironie, ponctuée aussi de musiques entraînantes. Elle fait entendre les dires d’un oracle féminin, le sceptre de la sœur de Nouritsa ; les paroles d’un ex-Rossignol du Levant devenu chien aboyeur « enfermé dans la cage du monde » : Fado, aussi sage et fulgurant qu’un fou shakespearien, interprété merveilleusement par Serge Avédikian. Impérial, Simon Abkarian, enfant d’une terre déchirée et du Théâtre du Soleil, interprète le patriarche Théos. Ariane Ascaride est Nouritsa, exemple de courage et bienveillance. A l’unisson, les comédiens – Assaâd Bouab, Pauline Caupenne, Marie Fabre, Victor Fradet, Eric Leconte, Eliot Maurel, Océane Mozas, Délia Espinat-Dief, Chloé Réjon, Catherine Schaub-Abkarian, Igor Skreblin, Laurent Clauwaert, Maral Abkarian – font vivre la partition en un rite qui éveille l’imagination et interroge les consciences. Consciences toujours si gentiment en retard lorsque les sociétés ont besoin de mobilisation. Après une mise en route inégale, plus le spectacle avance, plus il gagne en intensité. La seconde partie éblouissante et poignante offre un grand moment de théâtre. Avec humilité, lucidité et talent, ce théâtre qui pense le monde fait honneur à la profession. A voir !

Agnès Santi

A propos de l'événement

L’Envol des cigognes
du Mercredi 12 septembre 2018 au Mercredi 3 octobre 2018
Théâtre du Soleil
Cartoucherie, 75012 Paris.

Du 5 septembre au 14 octobre.

Le Dernier Jour du jeûne, les mercredis 5 et 19 septembre, tous les vendredis à 19h30. Durée : 2h30. Lire notre critique dans ce numéro. L'Envol des cigognes, les mercredis 12 et 26 septembre, 3 et 10 octobre, tous les jeudis à 19h30.Durée : 3h20 avec entracte. Intégrale le samedi à 16h et le dimanche à 13h.  Tél : 01 43 74 24 08.


Mots-clefs :,

A lire aussi sur La Terrasse

Théâtre - Critique

Hate

La singularité artistique de Laetitia Dosch [...]

Hate : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction