La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Gros Plan

Le Sacrifice, chorégraphie de Dada Masilo

Le Sacrifice, chorégraphie de Dada Masilo - Critique sortie Avignon / 2021 Avignon Festival d’Avignon. Cloître des Carmes
Crédit : John Hogg Un rituel du XXIe siècle signé Dada Masilo

Cloître des Carmes / chor. Dada Masilo

Publié le 25 juin 2021 - N° 290

Pour cette pièce, la chorégraphe sud-africaine Dada Masilo s’est dite inspirée par le Sacre du Printemps. Loin de compléter la longue liste des relectures ou versions du Sacre, son travail au contraire s’en affranchit. Libre et déterminée, elle convoque ses propres forces rituelles et se connecte à d’autres réalités.

Toujours pétillante, Dada Masilo passe pour une boule d’énergie avide de faire sauter les frontières. Son rapport à la danse, en tant que chorégraphe, traverse une histoire occidentale de cet art qu’elle maîtrise, digère, et renvoie dans ses cordes. Ses pièces en forme de ballets africains contemporains aiment s’appuyer sur le répertoire classique comme autant de points de départ narratifs qu’elles réinterrogent, situés dans l’actualité de leur temps et de leur contexte de création. Son Lac des Cygnes, sa Giselle, portent les stigmates d’une société en pleine ébullition, faisant du corps un vecteur politique pour dire les indignations ou questionner les assignations. Rajoutons à cela un franc plasticage des codes de la danse, dans une « fusion », comme elle le dit elle-même, des esthétiques et des techniques. Aujourd’hui, Dada Masilo s’intéresse à l’un des premiers monuments de la modernité en danse, porté pour la première fois par les Ballets Russes en 1913. Frappant les esprits autant par la chorégraphie de Vaslav Nijinski que par la musique d’Igor Stravinsky, le Sacre du Printemps n’a cessé de faire des petits. Dada Masilo en prend particulièrement la mesure alors qu’elle est étudiante à Bruxelles, à l’école P.A.R.T.S créée par la chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker. Mais, là, c’est dans celui de Pina Bausch qu’elle glisse ses pas, débarrassés de la référence à la Russie païenne.

Rituels du Botswana

Portée par cette histoire très vive, Dada Masilo fait le choix déterminant de laisser de côté la musique de Stravinsky. Pourtant, chants, rythmes et scansions resteront sa ligne directrice, portés par quatre musiciens sur le plateau. Elle situe sa pièce dans un environnement scénique certes épuré et abstrait, mais qu’elle relie à la culture du peuple Tswana par ses rituels et ses danses, comme un retour à un héritage personnel. Le sacrifice originel d’une « élue » par sa communauté se fait plus complexe, plus nuancé. Danses animalières, jeux de séduction, processions d’objets de consommation du quotidien… les douze danseurs questionnent la notion de sacrifice, à l’aune de son objet ou de son sujet. Quel sens lui donner, dans le poids du collectif, face aux ancêtres comme devant notre monde si trouble ?

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Le Sacrifice
du Samedi 17 juillet 2021 au Samedi 24 juillet 2021
Festival d’Avignon. Cloître des Carmes

à 22h, relâche le 19. Tel : 04 90 14 14 14. Durée : 1h15.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes