La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Entretien

Lars Vogt à la tête de l’Orchestre de Chambre de Paris : du piano à la direction d’orchestre

Lars Vogt à la tête de l’Orchestre de Chambre de Paris : du piano à la direction d’orchestre - Critique sortie Classique / Opéra Paris Cité de la Musique - Philharmonie de Paris
© Neda Navaee

NOUVEAUX CHEFS EN POSTE
PARIS / ORCHESTRE DE CHAMBRE DE PARIS / PHILHARMONIE

Publié le 28 septembre 2020 - N° 287

L’Orchestre de Chambre de Paris vient d’ouvrir une nouvelle étape de son aventure commencée il y a un peu plus de 40 ans, en confiant sa direction musicale à Lars Vogt. Très connu comme pianiste de premier plan, le musicien allemand, qui vient de fêter ses 50 ans, va partir à la conquête du public parisien avec comme atouts sa riche expérience d’instrumentiste et, sur le podium, une énergie phénoménale doublée d’un instinct musical non moins impressionnant.

On vous connait très bien comme pianiste mais on découvre encore le chef d’orchestre…

Lars Vogt : Oui c’est plus nouveau !

Comment concevez-vous le métier de chef ?

Lars Vogt : Être chef régulier c’est échanger : l’orchestre m’apporte des choses nouvelles et j’espère lui apporter d’autres choses en retour. C’est toujours un dialogue. J’aime beaucoup que l’orchestre soit actif, me fasse des propositions dans le travail. Nous sommes un orchestre de chambre, nous allons travailler dans ce sens. Et tout essayer.

Ce qui frappe chez vous quand vous dirigez, c’est votre énergie, qui s’apparenterait presque à une « fièvre » de jouer…

Lars Vogt : (rires) J’aime que vous disiez cela ! Comme artiste, il faut toujours évidemment que la tête et le cœur marchent ensemble. Mais finalement, au moment du concert, c’est la spontanéité de l’émotion, de l’instant, qui doit prendre le dessus et vraiment motiver l’orchestre. Prendre la concentration de l’énergie et la transmettre à l’orchestre. C’est l’objectif.

« J’aime beaucoup que l’orchestre soit actif, me fasse des propositions. »

En tant que pianiste vous avez rencontré de nombreux chefs…

Lars Vogt : oui beaucoup (rires), plus de 200 !

Quel est celui qui vous a le plus impressionné ?

Lars Vogt : Si je dois n’en citer qu’un alors ce sera Simon Rattle. Il est le grand mentor de ma vie musicale. Même si on ne se parle plus aussi souvent qu’auparavant, encore aujourd’hui, si j’ai une demande musicale concernant mon travail en cours, je peux lui envoyer un sms et il me rappelle dans les dix minutes ! Je me suis toujours senti très proche de son style humain et musical.

Comment vous est venu le désir de diriger ?

Lars Vogt : De l’expérience du travail partagé avec des chefs magnifiques, justement. Et Simon a été le premier. J’avais 20 ans lorsque je l’ai remontré, lors du Concours de Leeds : je me souviens que pendant nos répétitions, mais aussi en l’écoutant accompagner d’autres pianistes, j’avais l’impression d’assister à un miracle en regardant ce qu’il faisait avec l’orchestre. Et c’était presque impossible pour moi d’analyser pourquoi ça marchait si idéalement avec ses musiciens, comment il montrait le sens de la musique. Diriger c’est une idée que Simon m’a mis dans la tête un peu plus tard. Un jour, il m’a dit : « Dans 10 ans tu seras chef d’orchestre ». Cela a pris un peu plus de temps, 20 ans, mais il avait raison.

Comment vous sentez-vous à Paris ?

Lars Vogt : Je me sens comme à la maison à Paris. Tout comme à Londres ou à Rome. Je me sens vraiment un enfant de l’Europe. Je suis un européen passionné. J’aime l’idée de l’Europe, de ses cultures plurielles, de ses langues et de ses cuisines différentes. Quelque chose nous unit aussi, et spécialement la France et l’Allemagne, après une histoire marquée par tant de guerres. Aujourd’hui, nous sommes ensemble. J’aime les petites différences entre tous nos pays européens, autant que les choses qui nous unissent. Comme dans une famille où l’on rencontre différents caractères. Au fond, je me sens plus européen qu’allemand.

Pourtant, et ce n’est pas un reproche, votre répertoire cette saison – partagé entre Beethoven, Mozart, Schumann et Brahms – sera très orienté vers le répertoire germanique !

Lars Vogt : C’est vrai que je suis très proche de ces compositeurs car je les ai joués toute ma vie. Reconnaissons qu’un orchestre de chambre puise naturellement dans ce répertoire qui est vraiment central !  Mais je reste par ailleurs ouvert à la découverte de nouvelles œuvres. C’est pour cette raison que nous avons une compositrice en résidence : Clara Olivares. Cette confrontation, ou plutôt le dialogue entre nouveaux et anciens répertoires, mais aussi entre le très connu et le moins connu, sont très importants.

 

Propos recueillis par Jean Lukas

A propos de l'événement

Lars Vogt à la tête de l’Orchestre de Chambre de Paris
du Mardi 26 janvier 2021 au Mardi 26 janvier 2021
Cité de la Musique - Philharmonie de Paris
221 avenue Jean Jaurès, 75019 Paris

à 20h30. Tél. : 01 44 84 44 84.  Lars Vogt (direction) : spectacle musical et chorégraphique autour des Lieder de Beethoven et Schubert, avec les ténors Christoph et Julian Prégardien.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra