Avignon - Entretien / Olivier Py

L’amour des possibles

Crédit photo : Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Spectacle itinérant / Prométhée enchaîné / d’Eschyle / mes Olivier Py
La Chartreuse / Eschyle, pièces de guerre / / mes Olivier Py

La soixante-dixième édition du Festival d’Avignon célèbre « l’amour des possibles ». Son directeur, Olivier Py, défend un théâtre qui croit en l’homme et se fait l’asile des volontés utopiques.

« Le théâtre est un endroit où on se dit que tout n’est pas perdu. »

Pourquoi revenir à Eschyle ?

Olivier Py : Je reprends ces spectacles avec la même équipe : j’en avais très envie, les acteurs aussi. Ils sont tellement magnifiques tous les trois ! Tellement extraordinaires ! Chaque année, nous avons organisé une tournée en théâtre d’intervention : il s’agit d’une décentralisation à trois kilomètres des remparts, mais les trompettes d’Avignon sur ghetto-blaster, dans des lieux qui ne sont pas a priori dédiés au théâtre, c’est formidable ! Depuis le début de mon mandat, je me suis dit qu’il allait falloir que je m’y colle ! C’est chose faite en compagnie de Prométhée enchaîné. Puis nous reprendrons ces chefs-d’œuvre en continu à La Chartreuse, en fin de festival. Même s’il n’y a rien que le texte et les acteurs, c’est un moment très fort.

Texte et comédiens : s’agit-il de la définition d’Avignon ?

O. P. : Pas forcément ! A Avignon, il y a un théâtre pauvre mais il y a aussi des spectacles plus spectaculaires ! Il ne s’agit pas de privilégier un « théâtre en gaz rare », pour reprendre le mot de Vitez : il faut les deux, et il faut surtout laisser les artistes suivre leurs intuitions. Le programme de cette année est particulièrement riche ; on y trouve beaucoup de grandes formes. Je suis très fier de cette programmation qui représente les forces vives du théâtre actuel.

Pourquoi cette couleur politique en cette soixante-dixième édition ?

O. P. : Je n’avais pas prémédité que les spectacles empoignent à ce point les questions politiques. Sachant que cela n’a rien à voir avec le théâtre engagé post brechtien. Les questions politiques se renouvellent : comment agir, comment peut-on résister à la montée des populismes et des nationalismes, comment faire face à l’impuissance politique ? Et leur traitement passe par des propositions très différentes, du théâtre de texte à des spectacles sans paroles, selon des esthétiques très variées. Je pense que le théâtre est un endroit où on se dit que tout n’est pas perdu. Peut-être le moment est-il venu pour le public de se lever, de passer des nuits debout, ou de passer des nuits assis au théâtre, en tous les cas, de passer un peu de temps pour réfléchir à l’art que nous voulons pour l’Europe.

A cet égard, Avignon semble le miroir du monde.

O. P. : Oui, à Avignon, il faut accueillir le monde. Cette année, nous organisons un beau focus autour du Moyen-Orient avec des spectacles de tous les pays. J’ai tenu à ce que le monde arabe soit présent dès le début du festival. Pour trouver les artistes et les spectacles à inviter, il a fallu beaucoup voyager, et ce dans des pays où il n’y a pas d’infrastructures aussi solides qu’en Europe : il semble parfois héroïque qu’à Téhéran, par exemple, il y ait encore des théâtres ! C’est aussi pour cela que nous accueillons beaucoup de spectacles de la diaspora. Ces artistes sont tous très différents : même si chaque spectacle part évidemment de quelque part, il est important et intéressant de montrer qu’il n’y a pas de style oriental. Il faut parler contre la figure unifiée du musulman radicalisé ; il faut donner d’autres nouvelles du monde arabe. Cela permettra peut-être aussi que les jeunes et les moins jeunes, venus de ces cultures, soient fiers de leur bilinguisme et de cette chance qui est aussi une force.

 

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

L’amour des possibles
du Mercredi 6 juillet 2016 au Dimanche 17 juillet 2016
Festival d’Avignon. Spectacle itinérant
Avignon, France

du 6 au 10 juillet et du 15 au 17 juillet à 20h, le 14 à 18h. Tél. : 04 90 14 14 14. Durée : 1h.


Mots-clefs :, , , , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Avignon / 2016 - Agenda

Tesseract

L’acrobate espagnol Nacho Flores développe [...]

Tesseract : En savoir plus
Avignon / 2016 - Gros Plan

MotsZic

Dialogue en improvisation entre saxophone et [...]

MotsZic : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction