La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Vie de Galilée

La Vie de Galilée - Critique sortie Théâtre Paris Le Monfort
DR Nicolas Bouchaud incarne Galilée dans la mise en scène de Jean-François Sivadier.

Reprise Le Monfort / de Bertolt Brecht / mes Jean-François Sivadier

Publié le 18 mai 2015 - N° 232

Créé au Théâtre National de Bretagne en janvier 2002, le spectacle de Jean-François Sivadier connaît une longévité peu commune. Repris au Monfort, il est l’occasion d’un hommage renouvelé à la liberté de pensée, servi par une pléiade de comédiens au milieu desquels excelle Nicolas Bouchaud.

Il eût suffi de prétendre que tout cela n’était qu’un modèle mathématique, de louer Ptolémée et Aristote, d’étudier Copernic comme une curiosité farfelue. Mais Galilée n’était pas de ces prudents qui recouvrent la vérité d’un voile pudique pour en réserver la révélation à quelques initiés. Il enseignait l’astronomie au fils de sa logeuse, écrivait en langue vernaculaire pour être compris des artisans et méprisait les frileux aux abscons latinismes. Contre la circonvolution, vive la révolution ! Contre la compromission précautionneuse, vive le risque et la joie de penser… Convaincu d’œuvrer au bonheur de l’humanité en décillant ses yeux et en montrant à qui veut les voir les satellites de Jupiter, les phases de Vénus et les montagnes de la Lune, Galilée doit finir par admettre que les aveugles mentaux qui l’entourent sont aussi pleutres que dangereusement bornés. Renonçant dès lors à se battre pour une vérité hérétique et insupportable aux puissants, il accepte l’humiliation de la rétractation pour pouvoir continuer ses travaux, « les mains sales », certes, mais vivant et libre malgré la surveillance assidue qui l’enserre : « mieux vaut sales que vides » rétorque Galilée à son ancien disciple Andréa, qui ne comprend pas l’apparente soumission de son maître.

Feu d’artifice dans le ciel étoilé

La vie de Galilée est un texte incroyablement foisonnant. Nombre de thèmes y sont abordés, de la liberté de penser et de créer (le dramaturge écrit la pièce en 1938, dans un Danemark encore libre, mais aux portes de la barbarie), aux difficiles rapports qu’entretient l’intellectuel avec les autres, hommes de pouvoir ou membres de sa propre famille. Les idées crépitent en des formules et des tirades poétiques, politiques, métaphysiques et exaltées, et humour et traits d’esprit animent le texte en vibrionnant. La mise en scène de Jean-François Sivadier est pétillante d’intelligence. Autour de Nicolas Bouchaud, qui campe, entre fauve et faune, un Galilée tonitruant, tournent les différents protagonistes de cette aventure de l’esprit. La scène et ses praticables modulables offrent un espace protéiforme où l’urgence du jeu se déploie avec un souffle ébouriffant. Etourdissante et jouissive, cette mise en scène propose la vision d’un Galilée jeune encore, tout à l’espoir de son éclatante découverte, exalté et paillard, bondissant, pétulant et attachant. Le rythme échevelé ne supporte pas la pause, comme si la terre ainsi lancée dans l’univers entraînait dans son mouvement effréné et joyeux spectateurs et suivants du messager céleste.

 

Catherine Robert

A propos de l'événement

La Vie de Galilée
du Mercredi 27 mai 2015 au Dimanche 21 juin 2015
Le Monfort
106 Rue Brancion, 75015 Paris, France

Du mardi au samedi à 20h ; dimanche à 16h. Tél. : 01 56 08 33 88. Durée : 3h40 avec entracte. Spectacle vu en janvier 2003, au Théâtre de Gennevilliers.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre