Théâtre - Gros Plan

« La Porte d’Ensor », nouvelle création de Marion Coutris et Serge Noyelle, en route vers l’inconscient

« La Porte d’Ensor », nouvelle création de Marion Coutris et Serge Noyelle, en route vers l’inconscient - Critique sortie Théâtre Marseille Théâtre des Calanques


Théâtre des Calanques

Démonographe extravagant et inquiétant, James Ensor exécrait les mollusques et les myopes. Il explora, à l’instar du voyant rimbaldien, toutes les formes de d’amour, de souffrance et de folie. Ronde obsédante et mystérieuse, son œuvre est une plongée fascinante dans les abysses de l’inconscient, de la folie, de la pulsion ricanante et de toutes les inquiétantes étrangetés que la morale, la bienséance sociale et le carcan du surmoi relèguent dans l’arrière-chambre de l’indicible. Marion Coutris et Serge Noyelle ouvrent la porte des secrets et convoquent des personnages hallucinants et hallucinés sur la scène du théâtre. Quand s’ouvre la porte, « des hommes habillés en noir entrent, et sortent. Il y a dans cet acte un secret, une étrangeté, une curiosité. Qui sont ces personnages ? Qu’y a-t-il derrière cette porte ? Comme toutes les autres, elle recèle un secret. Puis cette porte s’ouvrira encore et défileront indéfiniment des figures cérémoniales, des cortèges, des visions parfois tragiques, parfois oniriques, ou drôles : toujours picturales », promet Serge Noyelle.

L’autre scène entre en scène

Cette nouvelle création est conçue en hommage à Ensor. Neuf artistes (danseurs et danseuses, acteurs et actrices, chanteur lyrique et musicien) dessinent « un voyage imaginaire qui nous permet de nous déplacer depuis le conscient vers l’inconscient, et d’y accepter nos terreurs et nos désirs, comme en rêve », dit Marion Coutris. « Le monde de James Ensor nous parle de la révolte des objets, de la mort, de l’enfance, ses rires et ses angoisses, de l’illusion sociale, d’une esthétique de carnaval noir, de la beauté d’une lumière qui jaillit des paysages. C’est pourquoi, cheminant avec le peintre, sensibles à sa révolte intérieure, et à ses fulgurances, nous avons eu envie de parcourir et d’inventer des espaces mentaux si singuliers, pleins de douceur et de furie, attirants et effrayants, radicaux et populaires, grotesques et beaux : magnifiques d’humanité distordue. » affirme celle qui, avec Serge Noyelle et l’équipe du théâtre des Calanques, imagine un univers fait de songes débridés, de métamorphoses sidérantes et de masques révélant le vrai visage de l’homme.

Catherine Robert

A propos de l'événement


La Porte d’Ensor
du vendredi 22 mars 2024 au samedi 30 mars 2024
Théâtre des Calanques
35, traverse de Carthage, 13008 Marseille

Tél. : 04 91 75 64 59. Horaires sur www.theatredescalanques.com


A lire aussi sur La Terrasse

  • Théâtre - Critique

Retour sur le Festival Wet° 2024 : le Théâtre Olympia de Tours en ébullition

À Tours, le Festival Wet° encourage depuis [...]

Du jeudi 21 mars 2024 au 23 mars 2924
  • Musiques du monde - Agenda

Anoushka Shankar dans la continuité de son père Ravi

Elle tient son instrument de son père, et son [...]

Du mercredi 3 avril 2024 au 4 avril 2024
  • Danse - Gros Plan

À L’Atelier de Paris, le temps fort « PULSE » est dédié aux familles et à la jeunesse

Pour sa troisième édition, le temps fort de [...]

Du jeudi 7 mars 2024 au 6 avril 2024