La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

LA MOUETTE / Thomas Ostermeier

LA MOUETTE / Thomas Ostermeier - Critique sortie Théâtre Vidy-Lausanne Théâtre de Vidy Lausanne
Thomas Ostermeier met en scène La Mouette avec une troupe de comédiens francophones. Crédit : Jean-Louis Fernandez

Critique
Théâtre Vidy-Lausanne/Théâtre National de Strasbourg / d’Anton Tchekhov/Traduction et adaptation Olivier Cadiot /mes Thomas Ostermeier.

Publié le 15 avril 2016 - N° 241

Grand bâtisseur de théâtre au présent, Thomas Ostermeier s’empare de La Mouette en pliant la pièce d’Anton Tchekhov aux références de notre monde contemporain. Un spectacle qui vaut davantage pour l’éclat brut de certaines de ses parties, que pour la ligne d’ensemble qui s’en dégage.

C’est une drôle de Mouette que Thomas Ostermeier a créée le 26 février dernier au Théâtre de Vidy, à Lausanne, en prologue avancé du Festival Programme Commun. Une Mouette qui effectue une envolée aventureuse depuis la pièce écrite par Tchekhov en 1895 jusqu’à l’actualité de notre extrême contemporain. Chantre d’un théâtre qui s’invente au moment même où il se crée, qui se nourrit de la matière ardente de son époque et de l’authenticité de l’instant dans lequel il surgit, le directeur de la Schaubühne de Berlin a reformé la troupe avec laquelle il avait mis en scène, il y a trois ans, Les Revenants de Henrik Ibsen. Valérie Dréville (Arkadina), Jean-Pierre Gos (Sorine), François Loriquet (Trigorine), Mélodie Richard (Nina), Matthieu Sampeur (Treplev) — rejoints par Bénédicte Cerutti (Macha), Cédric Eeckhout (Medvedenko) et Sébastien Pouderoux (Dorn) — se retrouvent donc pour donner corps, force et évidence à cette comédie tragique sur l’amour et le théâtre.

Corps, force et évidence

Du corps, et même à bien des égards de la force, cette mise en scène à la scénographie sobre et pure (une boîte grise, une estrade en bois débordant sur la salle) n’en manque pas. Les magnifiques face-à-face de Matthieu Sampeur et Mélodie Richard, les accents de fragilité troublante de Bénédicte Cerutti, sont parmi les plus belles choses qui jaillissent de la représentation. C’est plutôt une forme d’évidence théâtrale qui fait, par moments, défaut à ce spectacle agrégeant des inserts issus d’improvisations au texte de Tchekhov (traduit par Olivier Cadiot). Car la façon volontariste à travers laquelle Thomas Ostermeier s’attache à inscrire La Mouette dans l’aujourd’hui temporel (à travers des adresses au public sur la guerre en Syrie, sur les tics d’un certain théâtre post-dramatique…) contribue, paradoxalement, à nous mettre à distance des enjeux et de l’avancée de la pièce. Entre imprécisions et fulgurances, la nouvelle création de Thomas Ostermeier laisse une impression de déséquilibre. Comme si le metteur en scène allemand n’avait pas, pour une fois, réussi à engendrer un présent théâtral suffisamment abouti pour faire disparaître les procédés qui le composent.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

La Mouette
du Vendredi 26 février 2016 au Samedi 25 juin 2016
Théâtre de Vidy Lausanne
Avenue Emile-Henri-Jaques-Dalcroze 5, 1007 Lausanne, Suisse

Rens : +41 21 619 45 45


Dans le cadre du Festival Programme Commun


Et aussi du 31 mars au 9 avril 2016 au Théâtre national de Strasbourg, Salle Koltès, . Du mardi au vendredi à 20h, le dimanche à 16h. Le samedi 2 avril à 20h, le samedi 9 à 16h. Relâche le lundi. Spectacle vu le 26 février 2016 au Théâtre Vidy- Lausanne. Durée de la représentation : 2h30. Tél. : 03 88 24 88 24. www.tns.fr.


Egalement les 17 et 18 mars 2016 au Théâtre de Cornouaille, du 23 au 25 mars au Théâtre de Caen, du 27 au 29 avril au TAP à Poitiers, du 11 au 13 mai à La Filature à Mulhouse, du 20 mai au 25 juin à l’Odéon - Théâtre de l’Europe.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre