La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

L’Opéra de Quat’Sous

L’Opéra de Quat’Sous - Critique sortie Théâtre Malakoff Théâtre 71
L’Opéra de Quat’Sous, dans la mise en scène de Joan Mompart. © Carole Parodi

La Comédie de Genève/Théâtre 71/de Bertolt Brecht
Mes Joan Mompart

Publié le 17 mars 2016 - N° 241

Servi par une épatante équipe de comédiens et chanteurs, Joan Mompart met en scène cet opéra de gueux avec un talent sûr et une verve joyeuse et percutante.

Comme son nom l’indique, cet opéra transforme le genre : pas de divas ni de héros ici, mais des déshérités et marginaux qui luttent, s’affrontent, aiment et trahissent ; pas de fosse non plus, mais un orchestre (mis-à-part le piano) juché au-dessus du plateau, et partie intégrante de ce théâtre épique et politique. Placé sur une tournette, l’espace de jeu bouillonnant de vie est un monde en soi resserré et délimité, voire quadrillé, un monde prisonnier de la jungle des villes et d’un système où sévit l’exploitation de l’homme par l’homme. Avec une épatante équipe de comédiens, sachant jouer aussi bien que chanter, Joan Mompart conjugue avec maîtrise et fluidité les facettes complémentaires de ce théâtre : une intrigue à suspens, avec mendiants, bandits, prostituées et policiers, intrigue servie par un jeu sincère et passionné ; la fabrication à vue du récit théâtral, assumant joyeusement son artisanat éphémère ; la qualité des chants – le bouleversant Chant de Salomon, le piquant Duo de la jalousie…- ; et bien sûr l’implication du public. Une implication d’autant plus aisée et percutante que finalement, comme le souligne Mackie à la fin de la pièce, rien ne change ! Il suffit d’un concours de circonstances pour que le pire advienne, et que l’homme devienne… un loup pour l’homme.

« D’abord la bouffe ensuite la morale »

La dernière strophe que Brecht ajouta au Chant de Salomon quelque vingt ans après l’écriture initiale en 1928 est édifiante : « Il chercha avec trop d’insistance D’où les riches tiraient leur splendeur. Vous l’avez envoyé en exil : Il n’avait qu’à se tenir tranquille ! »  Mettre ainsi en lumière cette redoutable aptitude de l’homme à demeurer insensible à la misère pourrait (certes très hypothétiquement) permettre de réfléchir à d’autres futurs possibles. Pour inaugurer à merveille la pièce, les comédiens annoncent et brandissent le message brechtien : « D’abord la bouffe ensuite la morale ». Est inscrite aussi en lettres capitales au cœur de l’espace scénographique une maxime biblique chère à Monsieur Peachum en forme de puzzle mal assemblé, dont on se dit qu’elle est bien ironique : « Donnez et il vous sera donné ». Bandits et banques multinationales relèvent ici des mêmes procédés, dixit Mackie lui-même, qui avec ses livres de comptes est un homme d’affaires comme un autre : d’un côté le pied de biche, de l’autre des opérations financières, et toujours l’argent roi. Très rythmée, la mise en scène assume une joyeuse dimension carnavalesque et clownesque qui culmine chez les « putains » et bien sûr dans la scène finale, où fait irruption un peu crédible conte de fées. Dans la continuité de On ne paie pas, on ne paie pas ! de Dario Fo, ce théâtre très réussi et subtilement équilibré propose à la fois une fable exaltée de haute tenue et une réflexion aiguë et tranchante sur une société qui broie les plus faibles. Une réflexion en forme d’appel, à l’instar de la touchante Ballade des pendus de François Villon, qui inspira Bertolt. Etonnant de constater comme cette pièce résonne alors que l’Europe traverse une crise profonde…

Agnès Santi

A propos de l'événement

L’Opéra de Quat’Sous
du Jeudi 31 mars 2016 au Jeudi 14 avril 2016
Théâtre 71
3 Place du 11 Novembre, 92240 Malakoff, France

Du 31 mars au 14 avril, mercredi, jeudi et samedi à 20h30, mardi et vendredi à 20h30, dimanche à 16h. Tél : 01 55 48 91 00. Durée : 2h15. Spectacle vu à la Comédie de Genève.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre