La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La grande et fabuleuse Histoire du commerce

La grande et fabuleuse Histoire du commerce - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : Elisabeth Carecchio Légende photo : Joël Pommerat crée La grande et fabuleuse Histoire du commerce à Béthune.

Publié le 10 janvier 2012 - N° 194

Créé à Béthune, capitale régionale de la culture 2011, le nouveau spectacle de Joël Pommerat, en tournée en France jusqu’à la fin de la saison, interroge avec finesse la modernité consumériste.

Fort d’un formidable succès public et critique, Joël Pommerat compte désormais parmi les créateurs les plus estimés de la scène française. Avec La grande et fabuleuse Histoire du commerce, il signe sa quatrième création cette saison, et revient à une forme d’interrogation sociétale et anthropologique que Cet enfant, créé en 2006 après des entretiens menés dans la région caennaise, avait si brillamment mise en théâtre. A partir des interviews d’anciens voyageurs de commerce, réalisées dans le Béthunois par Philippe Carbonneaux et Virginie Labroche, Joël Pommerat a retravaillé ce matériau textuel pour composer l’histoire de commis voyageurs qui se retrouvent, de soir en soir et de ville en ville, pour faire le bilan de leurs ventes quotidiennes. Le spectacle s’organise en deux parties, autour du personnage de Franck : novice de la vente à domicile en mai 68, formé par un quarteron de vieux briscards, maîtres dans l’art de réussir à vendre en semblant rendre service, Franck est devenu, trente ans plus tard, un spécialiste de l’entourloupe commerciale et de l’intrusion intime, et forme, à son tour, quatre démarcheurs ambulants.
 
Que perd-on à gagner à tout prix ?
 
On retrouve dans ce spectacle tous les éléments essentiels du travail de la Compagnie Louis Brouillard. La scénographie est économe et les changements de décor font varier les points de vue comme par magie ; le jeu est maîtrisé et précis, et sa subtilité chromatique est renforcée par l’utilisation de micros, offrant à la parole toute la palette de l’intensité, du chuchotement feutré au grondement colérique. Les costumes, les allures, les mimiques et les gestes sont traités avec un souci frappant du détail. La scénographie et l’interprétation jouent, comme toujours chez Pommerat, de la dialectique entre véracité hyperréaliste et parabole. L’effet de spirale entre description et analyse, illusion romanesque et interprétation philosophique, en est d’autant mieux renforcé. Car, si l’on peut entendre et voir cette pièce comme un très habile tableau des affres psychologiques d’individus retors, tâchant de jouer des peurs, des désirs, des rêves et des déboires de leurs clients potentiels, pour leur caser leur camelote inutile, on peut aussi la considérer comme une métaphore politique de l’évolution du consumérisme contemporain, offrant à réfléchir sur les rapports complexes du prix et de la valeur. Que faut-il sacrifier de l’humanité, en soi et en l’autre, pour réduire l’intersubjectivité à des rapports marchands ? Comment l’esprit du capitalisme a-t-il, dans la seconde moitié du XXème siècle, entièrement phagocyté les représentations et les comportements ? Pommerat suggère plutôt qu’il ne dénonce, indique plutôt qu’il ne théorise, en phénoménologue plutôt qu’en moraliste. Il montre la barbarie contemporaine sans jamais se départir d’un humanisme foncier, et d’une empathie qui rend les winners aussi pitoyables que les loosers…
 
Catherine Robert


La grande et fabuleuse Histoire du commerce, spectacle conçu par Joël Pommerat. Tournée en France en 2012. Les 12 et 13 janvier, au Granit, Scène nationale de Belfort (03 84 58 67 67). Du 18 au 21 janvier, au Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine (05 56 33 36 80). Les 27 et 28 janvier, au Rayon Vert, Scène conventionnée de Saint-Valéry-en-Caux (02 35 97 25 41). Du 1er au 3 février, au Théâtre de l’Union – Centre Dramatique National du Limousin, à Limoges (05 55 79 90 00). Les 9 et 10 février, à la Scène nationale d’Evreux Louviers (02 32 78 85 25). Les 21 et 22 février, à L’Hippodrome, Scène nationale de Douai (03 27 99 66 66). Du 1er au 3 mars, au Cratère, Scène nationale d’Alès (04 66 52 52 64). Les 12 et 13 avril, au Théâtre du Pays d’Arles, Scène conventionnée pour les écritures d’aujourd’hui, à Arles (04 90 52 51 51). Du 17 au 20 avril, au Théâtre du Jeu de Paume, à Aix-en-Provence (08 20 00 04 22). Les 24 et 25 avril, à la Scène nationale de Foix et de l’Ariège (05 61 05 05 55). Les 3 et 4 mai, à la  Scène nationale Tarbes Pyrénées (05 62 90 08 55). Du 9 au 11 mai, à la Maison de la Culture d’Amiens (03 22 97 79 79). Durée : 1h30. Spectacle vu à la Comédie de Béthune.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre