La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Propos recueillis

Jean-Claude Fall / Tête d’Or africain

Jean-Claude Fall / Tête d’Or africain - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de la Tempête
DR

Théâtre de la Tempête / Tête d’Or / de Paul Claudel
/ mes Jean-Claude Fall

Publié le 24 février 2015 - N° 230

Jean-Claude Fall délocalise Tête d’Or en Afrique. Créé à Bamako en partenariat avec la compagnie BlonBa et le dramaturge Jean-Louis Sagot-Duvauroux, le spectacle est interprété par des acteurs maliens qui font briller la langue aurifère de Claudel.

« Il y a vingt ans, j’avais organisé un stage sur Tête d’Or. L’idée de le situer en Afrique m’était venue alors, et je me suis toujours dit que si je le montais un jour, ce serait ainsi. Quand je suis allé au Mali il y a deux ans, j’ai rencontré BlonBa : la pertinence de ce projet avec eux est très vite apparue très évidente. L’appropriation par les acteurs de la langue de Claudel a été facile. Cette langue terrienne, matérielle, pleine de terre et de cailloux, avec ses phrases compliquées, ressemble à la langue sophistiquée et paysanne que parlent les Africains. Mais peut-on délocaliser Tête d’Or ? Le texte y répond. L’action se passe dans un pays imaginaire, une terre d’aventures pour une aventure du bout du monde. Ce n’est pas le seul tam-tam dont joue le roi pour réveiller les dormeurs de son palais qui nous met sur la piste de l’Afrique, mais aussi les archétypes sociétaux, familiaux, les rapports entre les jeunes et les anciens, les hommes et les femmes qui sont encore à l’œuvre en Afrique, alors qu’ils ne sont plus opérants en France, où ils font référence à ceux de la société du XIXème siècle. Tête d’Or arrive dans un bout du bout du monde, une contrée perdue où on le prend pour Alexandre, dont tout le monde attend le retour. Lui qui n’a rien à perdre, chasse les ennemis et devient le despote que tous craignaient, les conduisant vers la guerre et la mort. Ce récit s’entend dans la réalité politique de l’Afrique. Sanogo, au Mali, Amin Dada en Ouganda : nombreux sont ceux qui ressemblent à Tête d’Or.

Parler pour l’Afrique de l’Afrique

En plus de toutes ces raisons, d’autres sont plus théâtrales. D’abord le souvenir de la mise en scène de Barrault, avec Cuny et Terzieff, rend presque irreprésentable un Tête d’Or de même nature. Délocaliser la pièce permettait de s’éloigner le plus possible de cette représentation mythique. Bien d’autres choses sont aussi apparues en relisant la pièce. Contrairement à une représentation idéalisée, Tête d’Or n’est ni un héros positif, ni un sauveur. Si on l’envisage d’un point de vue politique, c’est un héros fasciste, un rebelle sans cause, qui ressemble presque à un djihadiste. Claudel savait qu’il s’agissait de cela. A preuve son refus d’en autoriser la mise en scène par la Comédie-Française sous l’Occupation, pour ne pas qu’on y voit un éloge des valeurs de Hitler ou Mussolini. En travaillant la théogonie claudélienne, on comprend que Tête d’Or, c’est Lucifer, celui qui est le plus aimé de Dieu mais qui, se prenant pour Dieu, est déchu. A cet égard, on place souvent Cébès et Tête d’Or dans une relation aimante. Or, c’est en fait un conflit terrible qui les oppose, un conflit spirituel. En mourant, Cébès trouve son chemin vers la lumière, mais Tête d’Or reste dans l’ombre. Tout cela m’est apparu en faisant un pas de côté par rapport aux marques habituelles des chemins de Claudel. En évitant l’exotisme et la gadgétisation, nous avons vraiment fait un travail qui parle pour l’Afrique de l’Afrique. Au point que les spectateurs maliens ont pensé, à la création, que la pièce avait été écrite par un auteur africain contemporain ! »

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

Jean-Claude Fall / Tête d’Or africain
du Jeudi 12 mars 2015 au Dimanche 12 avril 2015
Théâtre de la Tempête
75012 Paris, France

Du mardi au samedi à 20h ; me dimanche à 16h sauf le 15 mars à 16h30. Tél. : 01 43 28 36 36


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre