La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Illumination(s)

Illumination(s) - Critique sortie Théâtre Paris Forum Culturel

Forum du Blanc-Mesnil / Théâtre Firmin Gémier / texte et mes Ahmed Madani

Publié le 17 octobre 2013 - N° 213

Une pièce manifeste d’Ahmed Madani, qui illumine le plateau de toute sa force symbolique, avec neufs jeunes acteurs de la Cité du Val-Fourré.   

Ahmed Madani a frappé fort. Il crée une écriture et un théâtre qui entrelacent réel et fiction avec une habilité confondante, qui entrelacent aussi passé et présent afin de mieux envisager le futur, et qui mettent en cause les modes et les codes de représentation du réel. Bas les masques ! C’est l’être au monde avec toute la force de son humanité et de sa jeunesse qui déjoue ici les pièges des idées toutes faites, des peurs diffuses et des raccourcis absurdes. Avec neuf jeunes issus de la cité du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie, Ahmed Madani traverse l’Histoire et regarde en face le présent, profitant de toute la puissance symbolique que permet un plateau de théâtre. C’est un voyage dans les zones sensibles de l’imaginaire et du ressenti : mieux qu’un périple médiatique dans les zones dites sensibles des banlieues. Ahmed Madani n’a pas fait une incursion de circonstance à Mantes-la-Jolie, venue d’Algérie, sa famille y est arrivée en 1959, et il dit de ces jeunes gens qu’ils sont « ses petits frères et ses enfants ». De 1955 à aujourd’hui, la pièce braque son projecteur sur divers moments de l’Histoire et diverses générations : la Guerre d’Algérie et la torture – Ahmed Madani lui-même se souvient qu’à cinq ans, la vision d’un homme criblé de balles l’a bouleversé -, la venue des travailleurs immigrés, invisibles, appelés à participer à l’essor économique de la France, et les jeunes d’aujourd’hui, bien visibles, tandis que l’économie se traîne, et que des émeutes éclatent, comme à Clichy en 2005.

Travail choral rigoureux

Les trois hommes s’appellent Lakhdar, héros démultiplié. Guidés par une direction d’acteur au cordeau, les neuf comédiens amateurs mettent en œuvre un travail choral rigoureux et précis, quasiment chorégraphié. Les questions d’appartenance ou d’exclusion sont à la fois posées et mises en perspective, par surgissement, par réminiscences, par échos, par métaphores, par l’émotion aussi, sans didactisme ni pathos. Tous les effets du théâtre se conjuguent et marquent les esprits, ces dormeurs du Val-Fourré sont bien vivants et n’ont pas que la violence à proposer. C’est un appel à repousser loin les peurs, un appel à savoir ce qui lie les uns et les autres à la République. Au-delà, on se plaît à croire aussi en la vertu pédagogique d’une telle aventure artistique, pleinement réussie : s’écarter du racisme haineux comme de l’Islam qui appelle au meurtre, deux plaies dont il faut parler aux jeunes… Le vidéaste  Nicolas Clauss a accompli un remarquable travail qui étaye la pièce. Et bonne nouvelle, l’auteur et metteur en scène prépare un second volet avec des filles, avant un troisième avec filles et garçons.

Agnès Santi

A propos de l'événement

Illumination(s)
du Jeudi 3 octobre 2013 au Dimanche 20 octobre 2013
Forum Culturel
5 Place de la Libération, 93150 Le Blanc-Mesnil
Le 3 octobre à 19h et le 4 à 20h30. Tél : 01 48 14 22 00. Théâtre Firmin Gémier à  Chatenay-Malabry. Le 8 octobre. Tél : 01 41 87 20 84. Maison des Métallos à Paris. Du 15 au 20 octobre. Tél : 01 47 00 25 20. Puis tournée. Spectacle vu au Théâtre des Halles - Avignon Off 2013. Voir aussi notre entretien avec Ahmed Madani dans notre numéro Avignon en Scène(s) 2013.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre