La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Le Cirque contemporain en France

Nouvelles formes et nouveaux artistes

Nouvelles formes et nouveaux artistes - Critique sortie
© Christophe Raynaud de Lage

Les évolutions du cirque : regard et pratique

Publié le 11 novembre 2014

Mathurin Bolze, cofondateur de la compagnie Les mains, les pieds et la tête aussi en 2001, analyse la révolution du cirque  et expose sa conception du cirque. 

«  Les muscles du spectateur travaillent en voyant ceux de l’artiste travailler. »

« J’ai l’impression qu’on peut davantage parler d’évolution que de révolution. Il y a des transformations évidentes : les propositions artistiques sont plus diverses, et aussi riches que le nombre d’inventeurs. Il y a eu un tournant, dont le spectacle phare a été Le Cri du Caméléon de Josef Nadj en 1995. Il a donné un nouveau souffle à des jeunes gens qui ont pu inventer leurs propres histoires, dont je fais partie, avec Rémy Luchez, par exemple, ou Yoann Bourgeois plus récemment. Nous avons différentes philosophies sur ce que peut être le cirque. J’ai tendance à ne pas exclure, à penser que quelque chose peut toujours s’ajouter. Mais il apparaît toujours dans des angles morts, avec de multiples facettes possibles. L’autre tournant, c’est aujourd’hui l’avalanche de propositions et le rétrécissement d’espaces financiers pour le cirque. De nouvelles formes, de nouveaux artistes arrivent sur le marché du travail, et peut-être qu’on assiste à un phénomène d’embouteillage qu’on n’avait pas avant.

Nouveaux rapports à l’agrès

On a assisté aussi à de nouveaux rapports à l’agrès, et je m’inscris dans cette mouvance-là. Le trampoline est devenu un sol pour ne plus être un agrès, et c’est dans mes derniers mois au CNAC qu’ont grandi cette réflexion et cette pratique : comment, si on prend le trampoline pour un sol, la danse ou le mouvement peuvent être autre chose qu’une succession de chandelles verticales sur l’espace central du trampoline. Par extension, il s’agissait de penser en termes de mètres cube et non plus en mètres carrés, afin de travailler sur des espaces construits en termes de sculpture plus que de dessin. Je viens d’une pratique un peu intensive du sport et d’un bon niveau de voltige, et il m’a semblé que c’était la base pour explorer ailleurs. J’aime quand on ne triche pas avec certaines sensations du cirque qui sont liées à la technique, au danger. Elles sont grand public, ces sensations ! Tout le monde est à même de se figurer quelque chose d’un ressenti, d’une empathie, car les muscles du spectateur travaillent en voyant ceux de l’artiste travailler, et j’aime ce chemin direct du corps au corps qui permet à des enfants, des adultes, des vieux, de bouger avec la proposition artistique. »

 

Propos recueillis par Nathalie Yokel

 

Nous sommes pareils à ces crapauds qui… de Ali et Hédi Thabet, avec Mathurin Bolze, suivi de Ali, de et par Mathurin Bolze et Hédi Thabet, les 18 et 19 octobre 2014 au festival CIRCa à Auch ; du 20 octobre au 4 novembre, tournée en Amérique Latine, puis tournée en France.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant