La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Le Cirque contemporain en France

Le chapiteau, lieu fondateur

Le chapiteau, lieu fondateur - Critique sortie
Crédit : DR Légende : Le chapiteau du Théâtre du Centaure, créé sur mesure.

Cirque et chapiteau

Publié le 11 novembre 2014

Lieu originel du cirque, espace de rassemblement populaire, espace de création et de diffusion, le chapiteau est un lieu culturel à défendre absolument. Regard artistique sur le chapiteau par Manolo du Théâtre du Centaure. 

« En termes de liberté dans son utilisation, nous avons considéré que cette scénographie était juste. »

«  Depuis un certain nombre d’années, le Centaure, créature mi-animale mi-humaine qui n’existe pas, nous pousse à inventer un théâtre autre. On s’est laissé porter et emporter au sens propre du terme par cette créature qui nous fait rechercher des formes qui lui correspondent. La question du chapiteau s’est posée après la création des Bonnes de Genet, dans les dorures et les velours des théâtres à l’italienne, autour du besoin de créer un théâtre sur mesure pour notre Centaure, donc sur un rapport de motricité lié à l’animal. Avec l’architecte Patrick Bouchain, nous sommes partis pour essayer des lignes de courbures, des montées, des descentes, des dunes, et galoper dans ces espaces pour dessiner la ligne parfaite pour nous. Nous voulions également travailler sur l’idée de ne pas séparer acteurs et spectateurs et sur l’idée d’un espace construit, architecturé mais en même temps d’un espace naturel.

Centaures et spectateurs dans un même mouvement

Par le mouvement des Centaures, petit à petit l’ellipse, puis le cercle, le bâtiment s’est dessiné : d’un côté une piste centrale de quinze mètres de diamètre, comme le creux du cratère, avec le public assis sur des coussins sur un grand croissant de lune comme s’il était sur une dune à flanc de colline, et puis un autre cercle, une coursive sur à peu près trente mètres de diamètre, qui part du point zéro et qui monte au-dessus de la dune en englobant les spectateurs dans un même mouvement. En termes de liberté dans son utilisation, nous avons considéré que si cette scénographie était juste, elle serait juste aussi pour d’autres créations. C’est un bâtiment relativement léger, qui peut évoluer. Même si nous partons en tournée parfois sans le chapiteau, ce volcan reste notre lieu fondateur, un lieu pour le travail au quotidien. »

 

Propos recueillis par Nathalie Yokel

 

No Bank, création en 2015 dans le cadre de la Biennale Internationale des Arts du Cirque à Marseille.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant