La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La musique contemporaine : histoire et évolution

Électroacoustique

Électroacoustique - Critique sortie
Légende : Pierre Henry © Léa Crespi

Publié le 15 novembre 2013

Le terme électroacoustique désigne à la fois un genre musical et une technique de composition. La musique électroacoustique fait la […]

Le terme électroacoustique désigne à la fois un genre musical et une technique de composition. La musique électroacoustique fait la synthèse entre la musique concrète, c’est-à-dire enregistrée par un micro (cela peut être la voix humaine comme des bruits de moteurs, de rue…) et la musique électronique, composée par des sons artificiels fabriqués notamment par des synthétiseurs. Le son est mixé en studio par le compositeur. Le support de la musique électroacoustique est la bande magnétique. Elle est diffusée par des hauts-parleurs, ce qui permet des procédés de spatialisation sonore. L’année 1956 marque un tournant dans l’émergence de la musique électroacoustique, avec la création du Chant des adolescents de Stockhausen et Haut-Voltage, musique de ballet de Pierre Henry. Ce dernier a largement dominé la scène électroacoustique grâce à la virtuosité et la poésie de ses expérimentations. Il collabore avec Pierre Schaeffer, autre pionnier de l’électroacoustique, et intègre le GRMC (Groupe de recherche de musique concrète) qu’il quitte pour fonder en 1958 son propre studio indépendant, APSOME, dans lequel il crée des œuvres devenues incontournables : La Noire à soixante, Variations pour une porte et un soupir… Quelques années plus tard, il fonde un autre studio de recherches musicales: Son/Ré. Le GRMC a été rebaptisé GRM et est désormais intégré à l’INA (Institut national de l’audiovisuel). Nombre de compositeurs et chercheurs y ont apporté leur contribution, comme Denis Dufour, élève de Pierre Schaeffer, compositeur significatif de la scène électroacoustique qui a contribué à développer et démocratiser ce genre dans les institutions françaises (Conservatoires de Lyon, Perpignan, Boulogne-Billancourt). Xenakis a également laissé son empreinte dans le domaine de la musique électroacoustique. Non seulement par les œuvres qu’il a composées mais aussi par le logiciel de composition assistée par ordinateur « UPIC » qu’il a mis au point. Aujourd’hui, ce logiciel a laissé la place à des versions plus performantes.

 

AP

 

À écouter  :

Pierre Schaeffer et Pierre Henry, Symphonie pour un homme seul (Philips)

Denis Dufour, Terra Incognita (Motus)

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant