La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Guillaume Tell – Le Soulèvement

Guillaume Tell – Le Soulèvement - Critique sortie Théâtre Creil La Faïencerie
Bertrand Poncet. Crédit visuel : Ludo Leleu

Critique / Région Faïencerie de Creil / de Kevin Keiss, d’après Friedrich von Schiller / mes Nora Granovsky

La compagnie nordiste BVZK, dirigée par la metteure en scène Nora Granovsky, crée un Guillaume Tell enjoué et décoiffé. Entre théâtre et musique, une création traversée par les qualités et les défauts de la jeunesse.

C’est une représentation pleine de fraîcheur, pleine d’une vitalité généreuse qu’a créée, le 2 octobre dernier, la metteure en scène Nora Granovsky sur le plateau de la Comédie de Picardie, à Amiens. Une représentation aujourd’hui reprise en tournée, qui s’inspire très librement du Guillaume Tell de Schiller (le texte de cette nouvelle version est de Kevin Keiss) pour mettre en lumière les thèmes de la résistance à l’oppression, de l’impulsion révolutionnaire, de l’action individuelle et de l’engagement collectif en faveur la liberté. Ce mythe fondateur de la Suisse nous ramène à des événements censés s’être déroulés au XIVème siècle, dans le canton d’Uri. Au-delà de la scène culte au cours de laquelle le célèbre arbalétrier tire dans une pomme placée sur la tête de son jeune fils, Guillaume Tell – Le Soulèvement relate la façon dont un peuple s’élève contre un tyran pour s’en délivrer et prendre son destin en main.

Une troupe de 9 jeunes comédiens-musiciens

Allant et venant en toute liberté autour d’un homme orchestre (Braka, qui signe les compositions et les arrangements musicaux), les huit jeunes interprètes réunis par Nora Granovsky plongent cette fable dans un bain de contemporain débridé. Car l’enjeu de cette mise en scène n’est pas de peindre les détails d’un tableau médiéval, mais de rendre l’histoire de Guillaume Tell perméable au présent. Si tout n’est pas réussi dans cette proposition plaçant les comédiens au sein d’un cadre esthétique et scénographique bringuebalant, l’enthousiasme et la spontanéité de Thibaut Corrion, Bastien d’Asnières, Fabrice Gaillard, Sarah Lecarpentier, Jeanne Lepers, Léa Moszkowicz, Bertrand Poncet et Juliette Savary font rapidement passer les défauts de ce spectacle au second plan. En dehors de toute volonté de réalisme, les tableaux de Guillaume Tell – Le Soulèvement défendent la cause d’un théâtre fait de changements à vue, de mises en abymes, d’effets potaches, d’adresses au public… Un théâtre mal peigné, parfois incertain, mais qui parvient à transmettre aux spectateurs un indéniable plaisir du jeu, une vitalité et une bonne humeur communicatives.

 

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Guillaume Tell - Le Soulèvement
du Vendredi 10 octobre 2014 au Vendredi 19 décembre 2014
La Faïencerie
Allée Nelson, 60100 Creil, France

Durée de la représentation : 2h05. Spectacle vu le 2 octobre 2014, lors de sa création à la Comédie de Picardie. Tél. : 03 44 24 01 01. www.faiencerie-theatre.com


 


Egalement les 30 et 31 octobre 2014 au Théâtre Populaire Romand à La-Chaux-de-Fonds, en Suisse ; le 4 novembre à la Scène nationale Le Carreau à Forbach ; du 6 au 8 novembre au Théâtre de l’Ouest Parisien à Boulogne-Billancourt ; les 12 et 13 novembre au Théâtre Forum Meyrin à Genève, en Suisse ; les 17 et 18 novembre à la Maison des Arts et de la communication de Sallaumines ; les 21 et 22 novembre au Théâtre Raymond Devos de Tourcoing ; les 18 et 19 décembre 2014 au Théâtre Ici et Là à Mancieulles.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre