La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Grand-peur et misère du IIIème Reich

Grand-peur et misère du IIIème Reich - Critique sortie Théâtre Meudon centre d'art et de culture
Grand-peur et misère du IIIème Reich, par la compagnie de L’Athanor. ©Arnaud Cereghetti

CRITIQUE/De Bertolt Brecht / mes Cécile Aziliz

Publié le 5 avril 2015 - N° 231

La compagnie de L’Athanor signe une version resserrée et clownesque de Grand-peur et misère du IIIème Reich de Bertolt Brecht. Au-delà de l’exercice de style, une création aux forts échos politiques.

Il y a les moments de jeu en nez rouges, qui renvoient à L’Auguste et sa personnalité enfantine. Il y a ceux en nez noirs, qui révèlent les Bouffons féroces et individualistes qui sommeillent en chacun d’entre nous. Et puis il y a les scènes jouées sans faux nez, au sein desquelles l’humanité se présente sans fard, dans toute sa fragilité, à la fois victime et instrument de l’histoire dévastatrice à laquelle elle prend part. C’est à travers ces trois couleurs, ces trois dimensions théâtrales, que Cécile Aziliz met en scène Grand-peur et misère du IIIème Reich (dans une traduction de Pierre Vesperini publiée chez L’Arche Editeur) – pièce écrite par Bertolt Brecht entre 1935 et 1938 à partir de témoignages et d’articles de journaux de l’époque. Ce portrait de l’Allemagne nazie au quotidien (qui court de l’arrivée d’Hitler au pouvoir jusqu’à la fin des années 1930) résonne aujourd’hui, dans notre pays menacé par la montée de l’extrême droite, de façon saisissante.

Entre nez rouges et nez noirs : un portrait de l’Allemagne nazie

Sensible et inventif, le spectacle de Cécile Aziliz (assistée de Carole Picavet pour « la mise en clown ») éclaire la part de grotesque de certaines situations auxquelles devaient faire face les Allemands des années 1930. Il évoque également les ombres des camps de concentration dans lesquels Charlotte Delbo et Germaine Tillion (à qui la mise en scène souhaite rendre hommage) ont été déportées. Et si certains moments de jeu, moins réussis que d’autres, ont du mal à dépasser l’exercice de style, l’âme politique de la pièce est bien là : vibrante et engagée. Interprétés par un groupe d’acteurs plein d’entrain et d’envie, les personnages de Brecht nous happent et nous questionnent. Ils composent « l’humanité magnifique et monstrueuse » à laquelle Cécile Aziliz a voulu donner corps.

 

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Grand-peur et misère du IIIème Reich
du Mercredi 1 avril 2015 au Lundi 6 avril 2015
centre d'art et de culture
79 Rue de la République, 92190 Meudon, France

Tournée à venir. La Compagnie de L’Athanor, 79 rue de la République, 92190 Meudon. www.compagnieathanor.canalblog.com. Spectacle vu au Vingtième Théâtre, le 1er avril 2015. Durée de la représentation : 1h45.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre