La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Germinal

Germinal - Critique sortie Théâtre Paris Le Cent Quatre
Les comédiens manient l’humour en toute intelligence. Crédit photo : Alain Rico

Le Cent Quatre
Antoine Defoort et Halory Goerger

Publié le 14 février 2014 - N° 217

Antoine Defoort et Halory Goerger signent une facétieuse pièce qui démonte les rouages du théâtre.

Un plateau nu. Rien ou presque. Donc tout à inventer… Ce à quoi s’adonnent avec ingénue fantaisie quatre experts amateurs, ardents explorateurs de l’incongru planqué au cœur même du réel. Les voilà donc qui débarquent en plein néant et entreprennent vaillamment de créer un monde. Tout étonnés, ils découvrent d’abord la pensée. Illico, se pointe alors le désir d’échanger. Munis d’une table de mixage trouvée dans un coin, ils s’essaient donc à communiquer, expérimentent la transmission de pensée, puis le dialogue par surtitres interposés, s’aperçoivent qu’ils peuvent parler par la voix de l’un d’entre eux qui s’est saisi d’un micro, enfin réalisent qu’ils peuvent se parler… tout simplement. Avec le langage, la nécessité de nommer et de classer les choses aussitôt fait son intéressante. Là ça paraît fastoche : il y a ce qui fait « pocpoc » et le reste. Quoique…

Réjouissante leçon de choses

De trouvailles évidentes en découvertes désopilantes, nos quatre protagonistes tâtonnent, cherchent, s’amusent, se défient aussi. En toute logique, et même innocence, ils tentent de mettre en ordre ce monde réinitialisé et de faire entendre raison à la moindre des choses, surtout les plus absurdes. Souvent d’ailleurs, les concepts se montrent les plus rétifs au classement. Il faut dire que la méthode mélange en une drôle de mixture wikipédienne des notions piquées de-ci de-là dans les sciences du langage, de l’organisation de l’information et des taxinomies. Peu à peu, enjambant l’archaïque et les nouvelles technologies, la petite communauté parcourt à grand pas l’histoire de l’humanité, mais aussi du théâtre. Car ce Germinal, qui n’évoque Zola que dans le titre, sans cesse entrelace les pistes de lecture. Pièce par pièce, Antoine Defoort et Halory Goerger, auteurs complices, démontent en effet aussi à la pince sans rire tous les rouages du théâtre et braconnent les attendus de la représentation. Ils n’en sont pas à leur premier forfait. Hardis bricoleurs de théories et de systèmes, passés par les Beaux-Arts pour l’un, par les sciences de l’information pour l’autre, probablement venus au théâtre par curiosité, ils bariolent d’humour presque potache leur réflexion, frottant légèreté et philosophie, désinvolture et gravité à même les planches. Accompagnés sur le plateau par Arnaud Boulogne et Ondine Cloez, ils composent avec grand art une irrésistible leçon de choses, réjouissante d’intelligence.

Gwénola David

A propos de l'événement

Germinal
du mardi 4 mars 2014 au mercredi 19 mars 2014
Le Cent Quatre
5 rue Curial, 75019 Paris.
Tél. : 01 42 74 22 77. Du 4 au 19 mars 2014, à 20h30, sauf dimanche à 16h, relâche lundi. En partenariat avec le Théâtre de la Ville. Spectacle vu au Festival d’Avignon 2013. Durée : 1h15.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre