La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Gros Plan

GÉNÉRATION SPEDIDAM / Damien Schmitt : le groove dans la peau

GÉNÉRATION SPEDIDAM / Damien Schmitt : le groove dans la peau - Critique sortie Jazz / Musiques

Publié le 28 décembre 2016 - N° 250

Fort de multiples expériences, nourri de fusion, de jazz et de rythmes du monde, passé par Los Angeles, Montréal et Paris, ce batteur funky utilise les réseaux sociaux pour faire connaître son projet Dam’nco.

Quand un batteur de la trempe de Dennis Chambers remet à un garçon de tout juste onze ans une paire de baguettes et une double pédale de grosse caisse, impressionné par son talent précoce, il y a fort à parier que, vingt-cinq ans après, on entende toujours parler de lui ! Damien Schmitt chérit le souvenir de ce moment comme un des ceux qui ont changé sa vie. Certes, il avait de quoi avoir une vocation de musicien, ses parents eux-mêmes enseignant et pratiquant la musique, mais c’est grâce aux rencontres avec ses pairs qu’il a cru en lui. À Los Angeles, Montréal, Paris, trois villes où il a vécu, Schmitt s’est imposé comme un funky drummer au jeu imprégné par les grooves de la planète, qu’il a découverts en grande partie dans la capitale française au contact de musiciens venus de tous les coins du monde, et notamment d’Afrique.

Grooveur impénitent

De Cheick Tidiane Seck à Jean-Luc Ponty, des Zap Mama à Biréli Lagrène, l’Alsacien a fait le tour du globe, adepte des musiques métissées, se forgeant une réputation internationale de rythmicien hors pair. De retour en France, et après des incursions sous le nom d’Electro Schmitt dans l’électro (il vient d’enregistrer un second volume en public au Caveau des oubliettes à Paris), il s’est lancé dans l’aventure Dam’nco, un groupe qui, à la manière de Snarky Puppy ou des Dirty Loops, a réalisé son album en public et en vidéo, largement partagé via les réseaux sociaux. Schmitt y retrouve de vieux complices qui sont, comme lui, des grooveurs impénitents, du bassiste Michel Alibo aux claviers Fred Dupont et Michael Lecoq en passant par le percussionniste Stéphane Edouard (rencontré dans Sixun) et le guitariste Yann Negrit. « Make Some Noise » titrait son premier album électro… Damien Schmitt n’a pas fini de faire du bruit !

Vincent Bessières

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques