Théâtre - Critique

Fuck America

Christophe Gravouil et Nicolas Sansier dans Fuck America. Crédit : Laurent Maindon

Manufacture des Abbesses / adapté du roman d’Edgard Hilsenrath / mes Laurent Maindon

Laurent Maindon porte à la scène le sulfureux roman d’Edgard Hilsenrath. Intelligente adaptation, belle inventivité scénique, comédiens inspirés et protéiformes : un excellent spectacle !

« Les gouvernements de tous les pays de cette planète se foutent royalement de savoir si vous vous faites massacrer ou non. Le problème juif leur casse les pieds, à vrai dire, personne ne veut se mouiller. En ce qui nous concerne, je veux dire, nous, le gouvernement, dont au titre de Consul Général je suis le représentant, je n’ai qu’une chose à vous dire : des bâtards juifs comme vous, nous en avons déjà suffisamment en Amérique. » : telle est la réponse qu’Edgar Hilsenrath imagine être envoyée par le Consul Général des Etats-Unis au juif polonais Nathan Bronsky, après qu’il lui a demandé des visas pour fuir l’Allemagne avec sa famille et échapper aux persécutions nazies. Politiquement incorrect, provocateur et iconoclaste, loufoque et sarcastique, le roman d’Edgar Hilsenrath provoqua un véritable séisme lors de sa publication. L’histoire de Jakob Bronsky est aussi celle de son auteur, qui connut, après l’épreuve de la guerre en Europe et des persécutions, celle de l’émigration dans une société hostile, mercantile et cynique. Ici l’Amérique déteste ceux qui, comme Jakob Bronsky, ont quitté le Vieux Continent pour l’Eldorado occidental, mais Jakob Bronsky – qui invite l’Amérique à aller se faire foutre –, l’exècre tout autant en retour, et il ne mâche pas ses mots !

Mort aux cons et vive la vie !

Ghyslain Del Pino, Christophe Gravouil, Yann Josso et Nicolas Sansier (que l’on peut découvrir dans le texte de Sylvain Levey à 19h sur la même scène), accompagnés par l’excellente Laurence Huby, jouent les personnages de cette farce grinçante et hilarante avec un talent consommé. Le dialogue entre l’auteur et son héros est émaillé de saynètes où apparaissent des personnages secondaires à la fois truculents et émouvants. Un accessoire, une pièce de costume, un changement de coiffure suffisent pour faire apparaître tout le petit peuple new-yorkais qui vit d’expédients et de roublardises. Nicolas Sansier, dans le rôle-titre, est magistral en Jakob Bronsky. Lui et ses complices sont très à l’aise dans cette mise en scène fluide et efficace qui s’appuie sur le très beau travail de création vidéo de David Beautru, Dorothée Lorang et Marc Tsypkine. Il est conseillé de voir, l’une après l’autre, les deux pièces du Théâtre du Rictus actuellement sur la scène de la Manufacture des Abbesses. Entendre Jakob Bronsky répondre avec sa faconde salace, sa mordante ironie et sa résistance passive aux injonctions des salauds et à la lâcheté des planqués console de la terrible leçon assénée une heure plus tôt par les comédiens interprétant le texte de Sylvain Levey.

 

Catherine Robert

A propos de l'événement

Fuck America
du Jeudi 23 août 2018 au Dimanche 14 octobre 2018
La Manufacture des Abbesses
7, rue Véron, 75018 Paris.

Du jeudi au samedi à 21h ; dimanche à 17h. Tél. : 01 42 33 42 03. Durée : 1h10.


Mots-clefs :, , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Théâtre - Agenda

La Cicatrice

Vincent Menjou-Cortès interprète l’histoire [...]

La Cicatrice : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction