La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -185-versailles

Versailles, histoire d’un Opéra

Versailles, histoire d’un Opéra - Critique sortie Classique / Opéra
Photo : L’Opéra royal, joyau architectural du XVIIIème siècle. Crédit : Château de Versailles/J.-M. Manaï

Publié le 10 février 2011

L’histoire de l’Opéra Royal voit alterner des moments d’exception, marqués par le faste de la vie à la Cour, et de longs moments d’abandon et de silence.

Monarque aux goûts simples, Louis XIII construit Versailles dans un esprit modeste, à la fois pour fuir le cérémonial de la Cour et pour s’adonner à sa passion, la chasse. Son fils, d’un caractère opposé, donne au Château des fêtes somptueuses. Au gré de ses désirs, Louis XIV fait construire des théâtres éphémères par les Menus-Plaisirs, artisans géniaux des réjouissances royales. Lieu d’événements exceptionnels, Versailles se transforme et s’agrandit, jusqu’à ce que le Roi Soleil décide d’en faire le centre de sa Cour : en 1682, il s’installe à Versailles. Louis XIV commence alors à imaginer la construction d’un grand théâtre fixe. Il confie le projet aux architectes Vigarani et Hardouin-Mansart, qui choisissent d’édifier les soubassements du nouveau bâtiment au bout de l’aile Nord du Château. Mais les travaux sont compliqués, longs et coûteux, et Louis XIV ne connaîtra que des théâtres provisoires. À sa mort, en 1715, le futur Grand Opéra de Versailles est laissé à l’abandon. Si Louis XV goûte aussi les charmes des théâtres éphémères, il souhaite néanmoins finaliser la construction du Grand Opéra. Son Premier Architecte, Jacques-Ange Gabriel, envoie son assistant Potain faire le tour des théâtres d’Italie pour repérer les nouveautés architecturales. Il multiplie les projets et les plans. En 1768, Louis XV décide de célébrer dans le Grand Théâtre le mariage du Dauphin et de Marie-Antoinette, prévu pour mai 1770. Gabriel doit s’associer aux Menus-Plaisirs et au génial machiniste Arnoult pour faire sortir de terre, en 22 mois seulement, le fruit de plus de 25 ans de réflexion…
 
Assemblée nationale
 
Le résultat est prodigieux : la salle est modulable ! Un jour, elle accueille le banquet ; le lendemain, d’astucieux mécanismes la transforment en salle de bal, puis en Opéra le jour suivant. Elle donne l’impression magique d’être elle-même un décor, comme un reflet de la scène. Malheureusement, malgré tous ces efforts d’ergonomie, le fonctionnement du lieu est lourd et onéreux. Il est condamné, une fois encore, à rester un théâtre pour l’exceptionnel… À la chute de la monarchie, la Château est délaissé, son mobilier vendu. Le silence règne jusqu’à ce que Louis-Philippe fasse de Versailles un musée dédié à l’histoire nationale. L’Opéra reprend alors une activité sporadique. Quelques concerts et grandes réceptions y sont organisés. En 1870, il accueille un temps l’Assemblée Nationale. Il est considérablement modifié, puis de nouveau laissé à l’abandon. Il faut attendre les années 1950 pour que les travaux de restauration commencent, sous l’impulsion d’André Japy. 2009 marque un tournant considérable puisqu’un cadre de scène mobile est créé. Cet équipement permet d’accueillir toutes sortes de spectacles. La recréation de L’Amant Jaloux de Grétry, sous la baguette de Marc Minkowski, marque le début d’une nouvelle ère : l’Opéra Royal de Versailles devient enfin un lieu de spectacle permanent et vivant.
 
Sébastien Llinares
 
Source :L’Opéra Royal de Versailles de Philippe Beaussant, éditions Xavier Barral, 2010.


 
Versailles spectacles
Tél. : 01 30 83 78 89

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra