La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -261-Théâtre de Sartrouville et des Yvelines

Un festival de créations fédérateur et émancipateur

Un festival de créations fédérateur et émancipateur - Critique sortie Théâtre Sartrouville Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - Centre Dramatique National.
© D. R.

Entretien Sylvain Maurice

Publié le 8 décembre 2017 - N° 260

A la tête du Théâtre de Sartrouville et des Yvelines depuis 2013, Sylvain Maurice met en œuvre au sein du Département un travail au long cours, conjuguant ambition artistique et visée émancipatrice.

Quelles sont les spécificités de cette onzième édition du Festival Odyssées En Yvelines ?

Sylvain Maurice : Odyssées en Yvelines est un festival de créations pour l’enfance et la jeunesse, proposant une grande diversité d’écritures et de regards. Le festival fait naître des enthousiasmes, des désirs, des opportunités et des collaborations fructueuses. Chacun des membres de notre ensemble artistique (Magali Mougel, Bérangère Vantusso, Olivier Balazuc et Simon Delattre) participe à Odyssées et s’associe pour créer avec un artiste de son choix, excepté Olivier Balazuc qui a écrit et mis en scène seul L’Imparfait (seule création à avoir déjà été présentée, à l’occasion du dernier Festival d’Avignon in). Simon Delattre a travaillé avec Thomas Quillardet pour La Rage des petites sirènes, Magali Mougel avec Philippe Baronnet pour We just wanted you to love us, Bérangère Vantusso avec Paul Cox pour Longueur d’Ondes. Nous avons aussi invité deux autres duos : Estelle Savasta et Camille Rocailleux pour Hic et Nunc, Dorian Rossel et Hervé Walbecq pour L’Oiseau migrateur. Ces six créations très différentes, qui peuvent s’appuyer sur un texte ou privilégier davantage une approche pluridisciplinaire, reflètent autant de manières de faire, de penser et de créer. Elles traversent différents champs artistiques – la marionnette, la musique, les arts graphiques… -, et expriment des hypothèses d’artistes originales qui se démarquent d’un pédagogisme et d’un prêt-à-penser étroits. Le théâtre pour l’enfance et la jeunesse constitue un espace vaste et ouvert, à partager avec un large public. Cette idée de partage est essentielle au festival, qui construit les conditions de la rencontre avec les publics. Odyssées est aussi un vaste projet territorial.

Comment se décline-t-il ?

S. M. : Le festival s’est renouvelé à l’occasion de cette édition en intégrant fortement des problématiques sociales de plus en plus aiguës. En collaboration avec le Département, nous avons redéployé notre projet dans les six territoires d’action départementale, au plus près des habitants, en implantant des résidences de création hors du théâtre non seulement dans des établissements scolaires mais aussi dans des structures sociales dont la mission première est de lutter contre la précarisation. Nous allons à la rencontre de ceux qui ne connaissent pas encore le théâtre, nous touchons à travers notre projet des publics empêchés pour diverses raisons : sociales, culturelles, géographiques, liées à un handicap… Dans la lignée des objectifs de l’éducation populaire, nous organisons avec le département une décentralisation dans la décentralisation. Marqué par une forte ruralité, à la fois tout proche de Paris et étendu jusqu’aux confins du Vexin et de la Normandie, le département des Yvelines est un territoire contrasté qu’il est passionnant d’explorer. Après le temps de résidence, les spectacles sont présentés au théâtre lors du temps fort Cité-Odyssées, du 27 janvier au 3 février, puis diffusés dans tout le département et au-delà avec environ 240 dates de représentations. C’est énorme !

Comment s’effectue la rencontre avec le jeune public ?

S. M. : L’avant et l’après spectacle sont à cet égard aussi importants que le temps de la représentation. Il ne suffit pas de produire et de jouer une œuvre devant un public pour qu’elle opère. Cela fonctionne pour une partie des enfants, mais pas pour tous. Pour que l’œuvre fasse sens, des ateliers de sensibilisation et des échanges sont nécessaires dans le but de fournir des clés, des entrées, des outils. Il ne s’agit pas seulement de donner le goût du spectacle vivant aux enfants, il s’agit de s’inscrire dans un mouvement d’éducation et d’émancipation du sujet, pour que le public (jeune ou moins jeune) puisse appréhender et comprendre l’œuvre le plus librement possible. Le premier acte de la formation du spectateur conduit à exercer son regard critique, à être en capacité de réagir et de donner du sens à l’œuvre. Cette transmission s’accomplit par le faire, par l’expérience, et pas par une injonction. Rien n’est jamais acquis. Les enfants, beaucoup plus spontanés que les adultes, sont un public exigeant que j’aime beaucoup. Ce que je trouve passionnant aussi dans le théâtre pour l’enfance et la jeunesse, c’est le dialogue intergénérationnel. Nous partons de l’hypothèse que l’intérêt et l’attractivité de spectacles sont suffisamment riches et complexes pour que les adultes puissent l’apprécier. Les échanges que les spectacles génèrent participent à la formation du spectateur et à l’éducation de l’enfant. On a parfois voulu opposer un théâtre concerné par le plaisir du spectateur et un théâtre plus sérieux, mais je pense que le plaisir est inséparable de la dimension éducative. C’est le même processus et la même impulsion qui sont en jeu.

« Je pense que le plaisir est inséparable de la dimension éducative. »

Odyssées est donc un axe majeur de votre saison…

S. M. : Un axe majeur et très structurant. Profondément ancré dans son territoire, le festival rayonne aussi au-delà du département, et les créations d’Odyssées se déploient lors de tournées nationales. Nous sommes le seul Centre dramatique national en grande couronne francilienne, et notre théâtre, porté par les collectivités territoriales et l’Etat, constitue un formidable outil pour les territoires. Nous formons une petite maison qui a de grandes missions, dont le Festival Odyssées, le soutien à l’ensemble artistique, une vaste programmation pluridisciplinaire. Toutes ces missions sont incarnées par les artistes, par l’action. Rien n’est écrit à l’avance et nous invitons les jeunes de tous horizons, y compris ceux qui sont exclus de l’offre culturelle, à appréhender la création et les démarches artistiques, à prendre la parole, à réfléchir à ce que grandir veut dire.

 

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

Festival Odyssées en Yvelines
du Lundi 15 janvier 2018 au Samedi 17 mars 2018
Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - Centre Dramatique National.
Place Jacques Brel, 78500 Sartrouville, France

RIDA, Rencontre Interrégionale de diffusion artistique, pluridisciplinaire, organisée avec l’Onda (Office national de diffusion artistique). Les 30 et 31 janvier 2018.


Tournées des six créations dans le département des Yvelines du 15 janvier au 17 mars 2018. Puis tournées nationales.


Tel : 01 30 86 77 79.


www.theatre-sartrouville.com.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre