La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -203-Automne en Normandie

Robert Lacombe / Multiplicité des interprétations du monde

Robert Lacombe / Multiplicité des interprétations du monde - Critique sortie Théâtre
Robert Lacombe © Ferrante Ferranti

Publié le 29 octobre 2012 - N° 203

Depuis janvier 2012, Robert Lacombe est directeur général et artistique du festival Automne en Normandie et d’Arts 276. Pour sa première programmation, il place le festival « Devant l’Histoire ».

 « C’est d’abord et avant tout un festival pour le public. »

Pourquoi le choix du thème de cette année : « Devant l’Histoire » ?

Robert Lacombe : Chaque année, un thème est mis en exergue, qui répond aux interrogations du moment, ainsi qu’à l’actualité artistique : il s’agit de passer au spectre de la création contemporaine un certain nombre de grandes questions. Nous avons constaté que l’Histoire revenait en force dans le spectacle vivant : un ensemble à la fois épars et cohérent d’artistes sont « devant l’Histoire », comme spectateurs engagés concernés par les questions du monde, désireux de comprendre de façon plus active et plus profonde le monde dans lequel ils vivent.

Comment choisissez-vous les spectacles du festival ?

R. L. : Nous n’avons pas de lieu qui nous appartienne. Nous travaillons toujours en partenariat avec les structures culturelles avec lesquels nous organisons ce festival. Il nous faut donc être d’accord sur le thème ; c’est le plus important. Il faut ensuite que chaque spectacle soit en accord avec la programmation du lieu qui l’accueille, mais légèrement ou très décalé avec ce qu’il fait d’habitude, afin qu’il élargisse son public. Le troisième critère de sélection tient au caractère nouveau ou inédit du spectacle. Nous œuvrons beaucoup, en amont, sur des coproductions avec des partenaires français ou internationaux, autant que nos moyens nous le permettent. Ce qui ne nous empêche pas d’inviter des spectacles in extremis, si nous les estimons importants. La direction artistique sinon se partage, au moins se discute. Ce festival est le fruit d’une discussion nourrie avec les directeurs des scènes de la région. Je ne crois pas à la souveraineté de la subjectivité du directeur de festival qui ne se décide qu’en fonction de ses coups de cœur.

Les lieux d’accueil du festival sont disséminés dans toute la région. Comment le gérez-vous ?

R. L. : C’est d’abord et avant tout un festival pour le public, qui attend ce rendez-vous et se déplace. Nous aidons et soutenons la mobilité du public par un système complexe et coûteux de navettes. Le public n’hésite pas à se déplacer, même si certaines villes sont plus difficiles à rallier que d’autres. C’est une contrainte supplémentaire, certes, mais qui fait partie du cahier des charges.

A cela, s’ajoute la pluridisciplinarité de ce festival. Conserve-t-il, pour autant, une couleur unifiée ?

R. L. : Le cahier des charges du festival nous impose de prendre en compte la totalité du spectacle vivant. Au départ, Octobre en Normandie était exclusivement consacré à la danse et à la musique, et s’est élargi en 2004 quand le festival est devenu Automne en Normandie, intégrant le théâtre, puisque la manifestation Théâtre en Région avait disparu. Ce que j’aime dans un festival, c’est qu’il y ait une écriture de la programmation, que le public s’approprie la thématique mise en exergue en voyageant dans les spectacles. Ainsi se dégage une vision du monde contradictoire, apparaissant sur un mode constitutif du spectacle vivant, c’est-à-dire celui de l’ambiguïté et de la multiplicité des interprétations du monde. Un festival a l’avantage, par rapport à la programmation annuelle d’un lieu, de durer moins longtemps et donc d’être plus lisible. A défaut d’une unité de lieu, nous bénéficions donc d’une unité de temps et d’une unité thématique très forte. Il est important que ce festival apparaisse comme tel.

 

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre