La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -291-La MC2 à Grenoble

Pour une Maison de la Culture populaire, dédiée aux artistes et à tous les publics, entretien avec Arnaud Meunier et Maxime Fleuriot

Pour une Maison de la Culture populaire, dédiée aux artistes et à tous les publics, entretien avec Arnaud Meunier et Maxime Fleuriot - Critique sortie Théâtre  MC2 : Grenoble – Scène nationale
© Guillaume Ducreux Maxime Fleuriot et Arnaud Meunier

Publié le 19 août 2021 - N° 291

Après dix ans couronnés de succès à la tête de la Comédie de Saint-Etienne, Arnaud Meunier a été à la suite de Jean-Paul Angot nommé en janvier 2021 directeur de la MC2 Grenoble. Maxime Fleuriot, directeur adjoint délégué aux projets et au développement, l’accompagne dans sa mission. Tous deux en explicitent les grands axes.

Quelles ambitions ont fondé votre projet pour la MC2 ?

Arnaud Meunier : C’est le fait que la MC2 soit intrinsèquement une maison de création qui a motivé ma candidature à sa direction. La MC2 bénéficie d’un équipement unique en France – 22000 mètres carrés, 4 salles de spectacles, 3 salles de répétition, un auditorium de 1000 places à l’acoustique exceptionnelle. Et suite à la fusion en 2014 avec le Centre Dramatique National des Alpes, la MC2 a hérité de ses compétences et savoir-faire avec les ateliers de fabrication de décors et de costumes. Ces atouts en font une scène nationale particulière, qui possède tout le champ possible de la production. C’est pourquoi notre projet vise à recentrer la MC2 sur son identité de maison de production, dans toutes les disciplines. Au-delà d’une simple logique d’accompagnement financier, nous voulons devenir une structure de production en tant que producteur délégué ou via des Sep (Société en participation). Le projet va se déployer sur plusieurs années en procédant par étapes. Notre but est que la MC2 devienne une institution modèle et innovante dans sa manière d’inventer et de produire des projets d’artistes. Pour résumer notre vision globale, les trois mots clés de notre projet sont production, innovation et inclusion.

« Les trois mots clés de notre projet sont production, innovation et inclusion. » Arnaud Meunier

« Nous voulons présenter au public de nouvelles expériences, de nouveaux langages. » Maxime Fleuriot

En quels termes l’innovation se traduit-elle au cours de la saison ?

Maxime Fleuriot :  Elle se traduit par la programmation qui explore l’ensemble des disciplines du spectacle vivant, y compris dans le domaine du numérique que je connais bien, et par le développement de nouvelles relations avec le public. Nous allons ouvrir la saison par l’accueil de la section réalité virtuelle de la Biennale de Venise, avec dix projets parmi ce qui se fait de mieux au monde dans ce domaine. Nous voulons présenter au public de nouvelles expériences, de nouveaux langages. La metteure en scène Émilie Anna Maillet crée ainsi un spectacle qui entremêle les champs du théâtre, des réseaux sociaux et de la réalité virtuelle. Avec la circassienne Vimala Pons, la violoncelliste Noémi Boutin, la metteure en scène Caroline Guiela Nguyen, qui a créé Fraternité, Conte fantastique lors du dernier Festival d’Avignon, le chorégraphe Rachid Ouramdane et le circassien Yoann Bourgeois, elle est l’une des artistes associés à la MC2 cette saison, tandis que Emmanuel Meirieu, Le Quatuor Bela et Gisèle Vienne proposeront une création la saison suivante. Autre innovation, nous programmons cette saison une vingtaine de titres représentant un large éventail de la création chorégraphique et circassienne contemporaine, de Lucinda Childs au Collectif XY. À travers des conférences ou des formes hybrides mêlant chercheurs et artistes, l’innovation artistique laisse aussi place au débat d’idées, à de grandes questions qui traversent notre société, telles que la transition écologique, les nouvelles technologies, les migrations…

Quel sens donnez-vous au mot inclusion dans votre projet ?

A.M. : Nous travaillons l’inclusion en conjuguant trois volets : l’aspect social, la jeunesse et le handicap. Notre objectif est de réconcilier deux grands courants qui se regardent en chien de faïence en France : d’un côté les politiques du ministère de la Culture et de l’autre celles de l’éducation populaire. Notre ambition est d’additionner les forces, en se disant qu’on peut tout à fait être une maison de création de référence nationale et internationale, et susciter une appropriation du lieu par une population large et variée. Capitale de la Houille Blanche au début du XXe siècle, aujourd’hui pôle scientifique d’excellence, Grenoble comprend 32% de CSP+ mais aussi des quartiers parmi les plus sensibles de France. Dans une société de plus en plus divisée, une Maison de la Culture est un lieu idéal pour que les gens se rencontrent et dialoguent, pour créer de la mixité. C’est pourquoi nous envoyons des signaux forts d’ouverture et de partage, afin de rajeunir et d’élargir socialement le public.

M.F. : Dans le cadre des Jeux Olympiques de 2024, nous allons par exemple mener un vaste projet en direction de la jeunesse. Nous allons aussi proposer un parcours enfance et jeunesse dès le primaire, et mettre en place une tarification très abordable, pour les familles et étudiants à faibles revenus ainsi que pour les jeunes de moins de 30 ans. Nous avons constaté que beaucoup de jeunes dansent sous nos fenêtres. Pourquoi ne franchiraient-ils pas nos portes ? Des ateliers de danse en ligne, un ball voguing, des spectacles de danses urbaines, une scène ouverte leur permettront d’enrichir leur désir de danse. Un théâtre public est un théâtre engageant, qui se destine à tous.

 

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

MC2 : Grenoble – Scène nationale
4 rue Paul Claudel, 38100 Grenoble.

Tél : 04 76 00 79 00.


www.mc2grenoble.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre