La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -252-Fondation BNP Paribas

Poétiser la réalité virtuelle

Poétiser la réalité virtuelle - Critique sortie Danse
Crédit photo : DR Légende : Maxime Fleuriot.

Propos recueillis / Maxime Fleuriot
Création et nouvelles technologies

Publié le 16 février 2017 - N° 252

Sous l’impulsion de la Fondation BNP Paribas et de Maxime Fleuriot, conseiller artistique de la Maison de la Danse, l’institution lyonnaise investit dans la réalité virtuelle. Sa première commande doit être tournée à l’automne, en vue de la Biennale de Danse 2018.

« Il y toute une tradition à la Maison de la Danse de lien entre danse et image, de Charles Picq à Numéridanse. Cela faisait sens de poursuivre cette histoire avec les outils du jour : la danse s’est toujours enrichie du dialogue qu’elle a mené avec d’autres arts et domaines, et la technologie n’est pas une exception. A l’occasion des 30 ans du soutien qu’elle apporte à la Maison, la Fondation BNP Paribas nous a accordé une aide exceptionnelle de 25 000 euros. Nous sommes allés vers Yoann Bourgeois et le réalisateur Michel Reilhac pour écrire un projet à quatre mains. Il me semblait que dans le travail de Yoann Bourgeois, il y avait un rapport à l’espace, au déséquilibre, au changement de point de vue, qui se prêtait à ce travail, qui l’a enthousiasmé. Michel Reilhac a quant à lui beaucoup travaillé dans le spectacle vivant avant d’investir le champ audiovisuel, et le dialogue a pris.

Un nouveau champ d’investigation

On va partir d’une pièce de Yoann, Fugue/Trampoline, et la décliner en réalité virtuelle. En même temps, Michel proposera un environnement narratif. La réalité virtuelle aujourd’hui, c’est d’abord une utilisation individuelle, avec un casque qui isole. On veut travailler cette expérience, mais aussi une situation de groupe : les spectateurs seront à la fois immergés et en lien les uns avec les autres. Il y aura des interactions physiques, guidées par deux danseurs-médiateurs. C’est un pari : la réalité virtuelle devrait se démocratiser de plus en plus, et je trouve intéressant de donner la possibilité à des chorégraphes, qui sont porteurs d’un vrai savoir sur le corps dans l’espace, d’apporter un discours poétique à ces outils. Cela permet d’élargir le champ de la danse, notre ambition est d’écrire une collection, de proposer à d’autres de poursuivre cette expérience. »

 

Propos recueillis par Laura Cappelle

 

Fondation BNP Paribas

fondation.bnpparibas.com

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse