La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -201-ODEON / THEATRE DE L’EUROPE

NOSFERATU

NOSFERATU - Critique sortie Théâtre Paris ATELIERS BERTHIER

Berthier 17e
d’après Bram Stoker / mes Grzegorz Jarzyna

Publié le 7 septembre 2012 - N° 201

Double première : Dracula fait son entrée à l’Odéon sous la houlette du polonais Grzegorz Jarzyna. Une adaptation et un metteur en scène à découvrir sans trembler.

Le sombre personnage semble habiter depuis toujours les entrailles de notre culture tant il se fait réceptacle de désirs, de croyances, de pulsions et de refoulé. Nosferatu est pourtant né à la littérature en 1897 seulement, sous la plume de l’écrivain irlandais Bram Stoker, tandis que se déploie dans toute l’Europe la mode du roman gothique et, à Londres, l’ombre menaçante de Jack L’éventreur. Popularisée par le chef-d’œuvre cinématographique de Murnau, déclinée sous des formes très diverses depuis – environ deux cents films à son actif –, la figure du vampire Dracula embrasse Eros et Thanatos, recycle des figures échappées d’un bestiaire moyenâgeux – la chauve-souris, le loup-garou – tout en revisitant la figure du diable et du Mal dans un enchevêtrement baroque des motifs du désir, de l’autre, de l’ailleurs, de la nuit, de la pureté, de l’immortalité… Rarement pourtant, si on laisse de côté les expériences musicales ou burlesques autour des vampires, le théâtre s’est emparé du personnage de Nosferatu.

Se confronter à ses angoisses inavouées

Il y a quatre ans, Ivan Blanloeil proposait une figure de réprouvé épris de liberté, à la cheville d’un monde qui quitte la religion pour entrer dans celui de la science. Cet automne, c’est le metteur en scène polonais Grzegorz Jarzyna qui s’empare du roman de Stoker « pour en faire un spectacle esthétique et dérangeant ». On connaît assez peu Grzegorz Jarzyna en France. Metteur en scène de renommée internationale né en 1968, il est directeur depuis 2006 du TR Warszawa, ancien Teatr Rozmaitos´ci, Théâtre des Variétés à Varsovie. Il navigue entre classiques européens et textes contemporains, entre le théâtre et l’opéra, dans des spectacles qu’il représente aux Etats-Unis et partout en Europe. Sur scène, il mêle les genres et les arts comme en témoigne par exemple sa précédente création tirée de Théorème de Pasolini. Du personnage érotique et christique de l’auteur italien, qui vient comme une apparition mettre à bas l’ordre établi d’une famille bourgeoise, au « rejeton tardif d’un romantisme noir contemporain de l’essor de la civilisation industrielle », il n’y avait qu’un pas. A l’instar du personnage pasolinien, l’étranger buveur de sang devient d’ailleurs dans ce Nosferatu, « moins le spectre surgi d’un vieux folklore qu’une figure encore à venir – le grand perturbateur qui nous confrontera à nos angoisses inavouées ». Novateur insatiable, Jarzyna abrite donc l’action de son spectacle dans un intérieur art déco qui vibre au rythme de la musique de John Zorn, où, « dans une civilisation dépourvue de toute trace d’espoir, on navigue entre l’hypnose, l’inconscient et la réalité ». De quoi plonger dans les profondeurs inquiétantes de personnages qui dans la sensualité brûlent leur désir d’immortalité.

éric Demey

 

 

A propos de l'événement

NOSFERATU
du Vendredi 16 novembre 2012 au Vendredi 23 novembre 2012
ATELIERS BERTHIER
14 bd. Berthier, 75017 Paris
Du 16 au 23 novembre 2012. Du mardi au samedi 20h, dimanche 15h. Tél. : 01 44 85 40 40. www.theatre-odeon.fr
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre