La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -159-tarmac

Michèle Nguyen

Michèle Nguyen - Critique sortie Théâtre

Publié le 31 août 2012

Voix du Vietnam

Seule sur scène, Michèle Nguyen présente A quelques pas d’elle, troisième volet d’une trilogie intimiste intitulée Que mon nom soit un oui. Un acte de réconciliation d’une femme avec ses origines.

« Cette trilogie représente un moment très précis de ma vie, 3 ans durant lesquels j’ai vécu la transformation intérieure de l’enfantement. La première partie, Là où il y a eu quelqu’un, s’est écrite sans le savoir, juste avant la conception de ma fille. Il s’agit d’un hommage à certains hommes qui ont marqué ma vie, un hommage à ce qu’ils m’ont appris. La deuxième partie, Amadouce, a été créée un an après sa naissance. Il parle des rencontres, des émotions qui ont traversé les neuf mois de ma grossesse. Enfin, A quelques pas d’elle, la dernière partie, parle d’un voyage au Vietnam effectué en famille, alors que ma fille avait 11 mois. Ce voyage dans ce pays qui était, par mes origines, à moitié le mien, est habité par la rencontre avec une danseuse. La danse a en effet été le noyau invisible de ce retour aux origines. Car, en apprenant des pas et des gestes, j’ai trouvé ce qui en moi était vietnamien. Mes bras, mes mains saisissaient sans peine le mouvement. J’ai ressenti l’étrange sensation que mes os trouvaient enfin leur place, que je pouvais enfin marcher.
 
Retour aux origines
 
Six voix s’entremêlent dans ce spectacle, se répondent, se juxtaposent, se complètent pour tenter de dire un voyage de l’ouest à l’est, du plus superficiel au plus intime, du plus révolté au plus apaisé, du plus limpide au plus complexe… Il y a la voix de celle qui raconte ce voyage à Hanoï ; la voix de celle qui voudrait dire la musique qu’elle y a entendue ; la voix de celle qui s’adresse à son père vietnamien avec qui elle n’a pas vécu ; la voix de la guide rencontrée à Hué ; la voix du conte du pêcheur et de la fille du mandarin ; la voix qui questionne le nom de “Nguyen". A quelques pas d’elle représente pour moi un moment de paix immense, un moment de réconciliation avec mon père, avec mon être, avec la mort. A travers la découverte de ce pays qui est le mien sans l’être, à travers ce qui est peut-être tout simplement un voyage d’amour, j’ai vécu l’acceptation profonde de ma situation de métisse, j’ai envisagé la possibilité d’être dedans tout en étant dehors, d’être dehors tout en étant dedans. »
 
Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat


A quelques pas d’elle, de et par Michèle Nguyen ; mise en scène d’Alberto Garcia Sanchez. Du 9 au 27 septembre 2008. Du mardi au vendredi à 20h00, le samedi à 16h00 et 20h00.
 
Le TARMAC de la Villette, Parc de la Villette, 211, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris. Réservations au 01 40 03 93 95 ou sur www.letarmac.fr

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre