La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -188-dijon

Marie Vayssière

Marie Vayssière - Critique sortie Théâtre
Folie burlesque pour Tartarin raconté aux Pieds Nickelés. © D. R.

Publié le 10 mai 2011

Une blague aux accents graves

La metteuse en scène Marie Vayssière jette sur la scène avec brio des adversaires grotesques et burlesques : le Tartarin d’Alphonse Daudet, figure rétrograde de la dupe, malmenée par les non-conformistes Pieds Nickelés.

«Ce qui me plaît dans le théâtre, c’est non seulement la rencontre avec l’autre, mais aussi la liberté que je crois y trouver, l’apprentissage, et le partage de la découverte. Et j’aime que se côtoient les contraires ; les marques de ma fabrication sur le plateau s’inscrivent entre burlesque et tragédie. Le personnage de Tartarin est inspiré du roman d’Alphonse Daudet dont la langue savoureuse est éminemment théâtrale. Tartarin est une figure comique, un gros bourgeois vantard de Tarascon qui rêve d’Orient et dont la quête infructueuse se heurte à l’exotisme de l’Autre, à cet Orient inaccessible, l’Algérie. Ce texte de la fin du XIXème siècle dégage des connotations racistes. Daudet lui-même a fait le voyage en Algérie trois ans auparavant en 1862, et malgré ses convictions de droite, la colonisation le choque. L’esprit de cette œuvre est à la fois drôle et dramatique. L’arrogance de Tartarin à vouloir tout posséder – territoires, pouvoir, femmes – est naïve. On croit s’approprier le bien et le salut des autres en les colonisant : on ne fait que les piller. Et les Pieds Nickelés de Louis Forton du début du XXème correspondent à l’invention du capitalisme, à son essor et à sa même arrogance à se prétendre la meilleure solution pour tous. Les Pieds Nickelés volent dans une volonté de désordre et de mise à mal des valeurs bourgeoises. Ils tendent exclusivement à s’approprier toujours plus de biftons, le pognon de l’autre. L’association entre Tartarin (Miloud Khetib) et les Pieds Nickelés (Dominique Collignon-Maurin, Patrick Condé et Pit Goedert) relève du collage à la Duchamp. La mécanique de comique de foire naît de la confrontation brutale entre ce trio improbable de malfaiteurs et un quatrième excentrique, pauvre bougre satisfait et bavard. Une blague aux accents graves.»

Propos recueillis par Véronique Hotte


Tartarin raconté aux Pieds Nickelés, mise en scène de Marie Vayssière, le 28 mai à 17h30 et le 29 à 21h.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre