La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -191-onde

LIONEL MASSETAT

LIONEL MASSETAT - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 octobre 2011

UNE PLATE-FORME D’OBSERVATION ARTISTIQUE DU MONDE

A LA DIRECTION DE L’ONDE, LIONEL MASSETAT ŒUVRE A « DRESSER UN PANORAMA REPRESENTATIF DU SPECTACLE VIVANT ET DES ARTS PLASTIQUES D’AUJOURD’HUI ». UN PANORAMA QUI REFUSE LES CHAPELLES ESTHETIQUES…

« Un lieu de vie sociale et artistique, à l’activité quotidienne et aux propositions multiples. » Lionel Massétat

Quelle ligne artistique défendez-vous à la direction de L’Onde ?
Lionel Massétat : Notre souhait, depuis l’ouverture de L’Onde, qui est un théâtre de ville, est de dresser un panorama représentatif du spectacle vivant et des arts plastiques d’aujourd’hui. La diversité des espaces permet le foisonnement des propositions. On éprouve une grande liberté à refuser les chapelles esthétiques. Bien sûr, il y a des tendances, comme la place faite aux jeunes créateurs et les commandes passées chaque saison à des artistes, sans oublier l’ouverture de plus en plus grande à l’international, qui représente près d’un tiers de la programmation. Notre souhait, notre travail, toute notre énergie tendent à faire de l’Onde un lieu de vie sociale et artistique, à l’activité quotidienne et aux propositions multiples. Et cet investissement déborde des murs du majestueux bâtiment pour essaimer chez les habitants, dans les écoles et collèges, les universités, les associations, le milieu carcéral… L’Onde est un outil de découverte des artistes et des œuvres, une plate-forme d’observation inhabituelle du monde. Parier sur l’intelligence et la curiosité des publics, conjuguer plaisir et questionnements, provoquer des frottements entre des propositions radicalement différentes sont des enjeux de taille. Ouvrir grand le champ des esthétiques d’aujourd’hui est donc notre façon de nous adresser aux habitants du territoire et c’est peut-être cela notre identité.

Cette saison voit la naissance de nouvelles collaborations avec le Festival d’Automne à Paris et le Festival d’Ile-de-France. Quel sens donnez-vous à ces partenariats ?
L. M. : Nous nous réjouissons que le développement de plus en plus fréquent des collaborations entre institutions, théâtres et festivals, parisiens et périphériques, puisse ainsi profiter aux artistes et aux publics. Ces deux collaborations donneront à voir des œuvres (ou des traditions en ce qui concerne Les Incantations du Chiapas dans le cadre du Festival d’Automne) que nous n’aurions jamais pu accueillir sans ces partenariats.

En 2011-2012, vous consacrez une place importante aux spectacles tout public avec, notamment, une “Fête des mômes”…
L. M. : La sortie au théâtre doit également être une aventure familiale et permettre le brassage des générations. Ainsi, réunir devant un même objet artistique des regards et des âges différents, faire du théâtre un sujet d’échanges dans la cellule familiale font partie de nos missions.

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre