La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -139-Focus Festival Orléans Jazz 2006

Les nuits de Campo Santo

Les nuits de Campo Santo - Critique sortie Jazz / Musiques

Publié le 10 juin 2007

Sorte de grande prairie bordée d’arcades classées, Campo Santo faisait office de cimetière jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Indiscutablement, […]

Sorte de grande prairie bordée d’arcades classées, Campo Santo faisait office
de cimetière jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Indiscutablement, le lieu est
toujours habité. Et accueille depuis des années les têtes d’affiche du festival.
Le 28 juin, le violoniste Thomas Enhco et son groupe de teenagers (moyenne d’âge
18 ans) reviennent à Orléans après avoir suscité l’engouement du public l’année
passée. En deuxième partie, Dee Dee Bridgewater présente son « Voyage malien »,
odyssée musicale et réflexion sur ses racines. Le lendemain, les têtes
chercheuses de E.S.T. (Esbjörn Svensson Trio) partagent l’affiche avec le
« Charlie Haden Quartet West ». Accompagnateur d’Ornette Coleman puis co-leader
avec Carla Bley du ?Liberation Music Orchestra?, le contrebassiste américain
fait mûrir sur scène la musique de son quartet de luxe créé il y a 20 ans. Le
29, Abd Al Malik slamme en compagnie du saxophoniste Guillaume Naturel et du
trompettiste Alex Tassel, tandis que Neneh Cherry présente son nouveau groupe
CirKus. La soirée de clôture, le 30, rassemble l’excellent nonette de Lee Konitz
et le Vienna Art Orchestra, qui fête ses 30 ans avec « American Dreams », suite
musicale en forme de défilé glamour des divas du cinéma américain, de Jean
Harlow à Rita Hayworth.

S. M.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques