La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -283-Sirba Octet

Le Sirba Octet de l’intime à l’universel, rencontre avec Richard Schmoucler

Le Sirba Octet de l’intime à l’universel, rencontre avec Richard Schmoucler - Critique sortie Classique / Opéra
Richard Schmoucler © Bernard Martinez

ENTRETIEN

Publié le 17 décembre 2019 - N° 283

Ancien élève d’Ivry Gitlis et de Tibor Varga, Richard Schmoucler est depuis 1998 violoniste à l’Orchestre de Paris. Avec le Sirba Octet, dont il est le fondateur et directeur artistique, il interprète les musiques qui l’accompagnent depuis toujours et en révèle la force humaniste et universelle.

Quel désir vous a poussé, en 2002, à fonder le Sirba Octet ?

Richard Schmoucler : Un désir, inconscient probablement, lié à une situation émotionnelle. J’ai perdu mes parents à trois ans d’intervalle. Pendant six ans, il m’a été tout simplement impossible d’écouter ces musiques qui avaient accompagné mon enfance, toute ma vie même, et me reliaient à eux. Mais en 2002, il m’est apparu comme une évidence de proposer un programme klezmer avec mes amis de l’Orchestre de Paris, nourri aussi de ma culture de musicien classique. J’ai ressorti mes vinyles, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps mais j’ai tout de suite su quelle formation il me faudrait : quintette à cordes, piano, clarinette et cymbalum.

Le répertoire s’est-il lui aussi tout de suite imposé ?

R.S. : C’est vraiment parti de ces musiques que j’écoutais enfant, en famille. Non seulement le klezmer, mais aussi les mélodies yiddish, les chants russes, les musiques tzigane, moldave, roumaine… Les projets sur lesquels nous travaillons actuellement incluent aussi des musiques arméniennes. Toutes ces musiques sont profondément humaines, émotionnelles, transmissibles. De ce point de vue, il est facile de se les approprier.

« Toutes ces musiques sont profondément humaines, émotionnelles, transmissibles. »

Quelle est la particularité du Sirba Octet dans ce répertoire ?

R.S. : D’abord, c’est que nous sommes tous musiciens classiques et musiciens d’orchestre, sauf notre cymbaliste, Iurie Morar, qui lui vient pleinement de la tradition orale. En ce sens, nous perpétuons une tradition, qui est de s’emparer de musiques traditionnelles, orales, pour les amener vers une écriture « classique », comme l’ont fait Brahms, Bartok, Dvorak, Stravinsky… À terme, nous envisageons d’éditer nos partitions, pour permettre aux jeunes musiciens de jouer, de perpétuer cette musique et, aussi, de la rendre plus universelle.

Peut-on parler d’une rencontre entre musiques savantes et populaires ?

R.S. : C’est la jonction de deux approches de la musique. Il y a une admiration réciproque : chacun sait faire ce que l’autre ne sait pas faire. Souvent, les musiciens traditionnels ne lisent pas la musique mais en Roumanie les gamins dorment littéralement sur le cymbalum et, tout jeunes, ils apprennent les contretemps, d’abord hyper lentement, jusqu’à développer une virtuosité extraordinaire. Mêler tradition classique et orale comme nous le faisons, ainsi que des musiques issues de cultures différentes, c’est notre façon d’abolir les frontières. Nous sommes un ensemble « humanitaire ».

Cette jonction passe par un important travail d’arrangement.

R.S. : Sans arrangements, Sirba n’existerait pas. Sur chaque pièce, nous créons huit voix qui n’existent pas dans la version originale, tout en cherchant à garder l’âme de la musique, ce qu’elle raconte. Les arrangements sont vraiment un travail collectif, assez proche de ce que font les musiciens de jazz avec les standards. J’envoie des enregistrements à Cyrille Lehn, notre arrangeur, avec déjà des idées d’instrumentation, en pensant à chacun des musiciens, à leur talent spécifique. Cyrille, qui est professeur d’écriture au CNSM, a une culture, une palette stylistique que j’utilise au maximum. Notre travail repose aussi beaucoup sur l’instinct, l’instinct du rythme, de ce qui va fonctionner, de ce qui va surprendre, émouvoir, provoquer quelque chose.

Diriez-vous que le Sirba Octet est le projet musical de toute une vie ?

R.S. : Non, mais mon projet le plus personnel, certainement. Mon objectif, en tant qu’artiste, a d’abord été de devenir le meilleur musicien d’orchestre possible ; jouer en orchestre, c’est être au cœur de la musique. Deuxième aspect de ma vie de musicien : l’enseignement, qui est pour moi fondamental. J’ai été élevé dans la transmission, et je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui sans l’enseignement d’Ivry Gitlis. Enfin, Sirba, c’est le projet qui a trait à ma vie la plus intime. Pourtant, aujourd’hui, ce projet appartient à tout l’ensemble. On ne mène jamais à bout ses idées seul.

 

Propos recueillis par Jean-Luc Caradec et Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Le Sirba Octet de l’intime à l’universel, rencontre avec Richard Schmoucler


www.sirbaoctet.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra