La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -268-Théâtre de Nîmes

Le flamenco à Nîmes : une folle tradition

Le flamenco à Nîmes : une folle tradition - Critique sortie Danse Nîmes Théâtre de Nîmes
© Erregiro Photography Eva Yerbabuena construit un pont entre l’Espagne et le Japon.

Tous les ans, au moins de janvier, Nîmes devient la place forte du flamenco, osant la comparaison avec le festival de Séville. En mettant en jeu la tradition en mode dépoussiérage, la programmation affirme un petit grain de folie qui fait tout son attrait !

L’an passé, avec les deux grandes stars déjantées Andrés Marin et Israel Galvan, le Festival Flamenco de Nîmes prouvait sa capacité à briser les codes pour faire du flamenco un art profondément actuel. En ouvrant sa saison 2018-2019 avec Grito Pelao de Rocio Molina, à travers aussi le festival 2019, le Théâtre de Nîmes confirme cet élan vers les fortes têtes du flamenco d’aujourd’hui. Surtout, le festival permet une rencontre avec le flamenco sous toutes ses formes. Débats, projections, expositions, conférences : ce temps fort cultive l’âme flamenca nîmoise. Trois artistes de la danse et de la musique figurent parmi les incontournables cette année. La venue de la dernière création d’Eva Yerbabuena constitue l’événement danse du Festival. Ne dit-on pas « La » Yerbabuena pour qualifier cette danseuse de Grenade, qui fut de celles, il y a plus de vingt ans, qui extirpèrent le flamenco du folklore pour le réhabiliter en tant qu’art ? Son Cuentos de Azúcar fait appel aux saveurs de son enfance, quand le flamenco la traversait alors avec spontanéité et innocence. Mais elle donne à cette création une couleur particulière en invitant sur scène, avec ses propres musiciens, la chanteuse japonaise Ana Sato et un tambour japonais. Une réussite audacieuse, qui transcende l’habituel lien entre danse et musique flamenca.

Danse ou musique, avec audace

Côté musique, le corrosif Niño de Elche surprend toujours, et nous embarque dans ses mélanges improbables, empruntant au classique comme au punk. A coup sûr, son Antología del cante flamenco heterodoxo contribuera à donner du grain à moudre à ses détracteurs, et à ravir ceux qui n’ont pas froid aux yeux. Le dance floor Flamenco is not a crime avec Pedro et Benito Jiménez saura-t-il les réconcilier dans l’esprit de fête propre au flamenco ? On se réunira aussi autour d’Arcángel, qui malgré son parcours et son aura de monstre sacré, fait ses débuts au Théâtre de Nîmes. A ne pas manquer.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Le flamenco à Nîmes : une folle tradition
du Vendredi 11 janvier 2019 au Dimanche 13 janvier 2019
Théâtre de Nîmes
1 place de la Calade, 30 000 Nîmes

Antología del cante flamenco heterodoxo, de Niño de Elche, le 11 janvier 2019.


Cuentos de Azúcar, d’Eva Yerbabuena, le 12 janvier 2019.


Tablao, d’Arcángel, le 13 janvier 2019.


 


Tél. : 04 66 36 65 00 / 04 66 36 65 10.


www.theatredenimes.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse