La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -287-Ensemble Almaviva

L’âme vive d’Almaviva, entre Amérique latine et Europe

L’âme vive d’Almaviva, entre Amérique latine et Europe - Critique sortie Classique / Opéra Paris
Ezequiel Spucches © DR

ENTRETIEN
Ezequiel Spucches, directeur de l’ensemble Almaviva

Publié le 23 septembre 2020 - N° 287

Le compositeur et pianiste argentin Ezequiel Spucches, directeur artistique et musical de l’ensemble Almaviva, explicite sa démarche et présente les activités de l’orchestre.

Quand et comment est né l’ensemble Almaviva ?

E.S. : Almaviva est né en 2003 suite à ma rencontre avec le guitariste Pablo Márquez et la flûtiste Mónica Taragano, tous deux d’origine argentine comme moi. Nous partagions l’idée qu’il existait un répertoire latino-américain peu joué qui nous était proche, avec l’envie de le faire connaître. Chacun a apporté au projet sa spécificité. C’est donc assez naturellement que nos missions se sont imposées : faire découvrir ce répertoire en lien avec l’Amérique latine tout en contribuant à la création contemporaine, le faire à travers des formes où la transversalité tient un rôle important, mettre l’accent sur la sensibilisation de nouveaux publics. Aujourd’hui, Almaviva est un ensemble à géométrie variable qui fédère une vingtaine de musiciens et s’entoure d’artistes de divers horizons (comédiens, metteurs en scène, plasticiens…), en collaboration avec des compositeurs remarquables, aussi bien d’origine latino-américaine qu’européenne. C’est cette dynamique d’échange entre cultures qui est le cœur de notre démarche, le plus petit dénominateur commun de nos projets.

« Cette dynamique d’échange entre cultures est le cœur de notre démarche. »

Cette saison est marquée par une série de créations.

E.S. : Nous travaillons actuellement avec le compositeur mexicain Antonio Juan Marcos sur un mélodrame basé sur le conte d’Octavio Paz Ma vie avec la vague, et avec les compositrices Violeta Cruz (Colombie) et Graciane Finzi (France) sur un projet inspiré de plusieurs textes de l’écrivain argentin Leopoldo Lugones extraits de son Lunario Sentimental. Ces projets mêleront musique, création vidéo, voix lyrique et narration. Nous avons choisi de garder les textes en espagnol pour donner au public la possibilité de saisir toute la musicalité de l’écriture de Paz et Lugones.  Par ailleurs, Musique à l’image, avec la participation des élèves du Conservatoire de Vitry et le soutien du Département du Val-de-Marne, nous permettra d’élaborer un projet organique qui proposera aux élèves de parcourir le chemin qui va de la conception de l’œuvre à sa réalisation en passant par l’écriture. Enfin, nous avons très récemment enregistré Bestiario, quintette du compositeur colombien Daniel Alvarado Bonilla*.

De plus en plus, Almaviva semble s’intéresser à la vidéo dans ses projets. Pourquoi ? 

E.S. : Nous avions utilisé la vidéo pour la création de l’opéra de chambre Kamchatka de Daniel D’Adamo, mis en scène par Marc Baylet-Delperier. A mon sens, cette utilisation dépend complétement de sa pertinence par rapport au contenu du projet. Dans Ma vie avec la vague la vidéo permettra d’évoquer la forme fluide et changeante de l’eau, protagoniste central du récit. Antonio Juan Marcos nous a proposé de travailler avec l’artiste américain Yan Winters. Quant à Musique à l’image, le projet nous permettra d’interroger les interactions entre univers sonore et univers visuel.

Parlez-nous de votre collaboration avec le Théâtre Dunois.

E.S. : Le théâtre Dunois nous accueille régulièrement depuis 2008 pour des concerts et des créations scéniques. Avec l’arrivée du nouveau directeur, Christophe Laluque, nous avons décidé de renforcer cette collaboration en présentant, entre autres, un projet dans ce sens à la SACEM. Je suis compositeur en résidence pendant deux saisons dans le cadre de ce dispositif. En plus de mon propre travail, dont Le Carnaval des animaux sud-américains et deux créations en préparation, nous avons imaginé « Étonnez vos oreilles », un format de concert/brunch/atelier autour des musiques de création.

 

Propos recueillis par Jean Lukas

 

* « Bestiaro » pour guitare, piano et trio à cordes de Daniel Alvarado Bonilla, interprété par l’Ensemble Almaviva, sera diffusé dimanche 25 octobre de 23h à 23h30 dans l’émission « Carrefour de la Création » sur France Musique (diffusions partielles de la pièce du 19 au 23 octobre de 12h55 à 13h00)

A propos de l'événement



Ensemble Almaviva


54 Rue Etienne Marcel, 75002 Paris.


https://www.ensemblealmaviva.com/


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra