La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -260-SPEDIDAM

La flûtiste à facettes

La flûtiste à facettes - Critique sortie Classique / Opéra
Magali Mosnier © Wildundleise

Entretien Magali Mosnier

Publié le 27 novembre 2017 - N° 260

Cette jeune femme rayonnante incarne idéalement un nouveau profil d’instrumentiste de premier plan, apte à mener de front une carrière prestigieuse dans le monde de l’orchestre – elle a été nommée Supersoliste du Philharmonique de Radio-France en 2003 – et une activité importante de soliste.  En 2004, Magali Mosnier a remporté le Premier Prix du Concours International de l’ARD à Munich, avant de signer un prestigieux contrat d’exclusivité chez Sony Classical.

Vous menez à la fois une activité de musicienne d’orchestre et une intense activité de soliste…

Magali Mosnier : J’ai vraiment trouvé un équilibre entre les deux facettes de mon métier. J’aime le challenge et l’adrénaline des concerts en soliste, qui me font chaque fois plus apprécier le retour à mon cocon, ma famille du Philhar’…

Vous jouerez prochainement, en janvier à Berlin et en février à Paris, en soliste, des œuvres pour flûte et orchestre de compositeurs contemporains : Bruno Mantovani et Marc-André Dalbavie…

Magali Mosnier : J’ai très tôt travaillé avec des compositeurs et élèves compositeurs, testé différentes techniques avec eux. J’aime pénétrer leur univers, leur langage et en proposer ma lecture. La démarche relève un peu du masochisme : on souffre terriblement de ne pas pouvoir lire et donc jouer la musique de façon fluide au début de l’apprentissage d’une nouvelle pièce. Il faut accepter ce lent et laborieux cheminement avant d’être capable d’interpréter la musique. J’aime le vertige et le dépassement de soi que cela impose, de même que me demander si l’une ou l’autre de ces pièces traversera les âges.

Parlez-nous de votre prochain enregistrement, consacré à la sonate pour flûte alto et harpe de Debussy ?

Magali Mosnier : En 2018 paraîtra chez Harmonia Mundi un disque regroupant les toutes dernières sonates de Debussy, dont celle pour flûte, alto et harpe que nous avons enregistrée avec Antoine Tamestit et Xavier de Maistre. Nous avons décidé de nous bousculer un peu en la jouant sur des instruments contemporains de sa création, pour ma part une flûte en argent de Louis Lot ayant appartenu à Joseph Rampal puis Jean-Pierre au tout début de sa carrière. Nous avons été bluffés par la facilité avec laquelle ces instruments ont merveilleusement sonné ensemble. Ce fut un grand moment d’extase.

Propos recueillis par Jean Lukas

A propos de l'événement



Prochain concert à Paris le 16 février à Radio-France. Concerto pour flûte (2006) de Dalbavie, avec l’Orchestre Philh. de Radio-France, dir. L. Bringuier.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra