La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -191-bethune

JOËL POMMERAT

JOËL POMMERAT - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 octobre 2011

« COMPRENDRE LA PORTEE DU COMMERCE »

JOËL POMMERAT REPETE ET CREE EN DECEMBRE, A LA COMEDIE DE BETHUNE, UN SPECTACLE SUR LE THEME DU COMMERCE, A PARTIR DE TEMOIGNAGES RECUEILLIS NOTAMMENT DANS LE BETHUNOIS.

« Au-delà d’une espèce de critique un peu facile du libéralisme. » Joël Pommerat

Comment êtes-vous venu travailler à Béthune ?
Joël Pommerat : Depuis l’arrivée de Thierry Roisin, ma compagnie est régulièrement invitée à Béthune. Et puis, il y a deux ans, la Comédie de Béthune est venue au secours de la production de Cercles / Fictions, en apportant, en dernier recours, une part consistante qui a permis de la finaliser. Pour Thierry et Olivier Atlan, c’était un acte important et ils m’ont demandé d’imaginer un projet qui pourrait accompagner ce partenariat de production et l’accueil de Cercles / Fictions. L’idée était d’inscrire ce projet dans le territoire et dans l’année où Béthune était capitale régionale de la culture. Après réflexion, j’ai proposé un spectacle autour de la question du commerce, question en soi assez vaste et peu précise, et de faire une recherche quasi documentaire sur les vendeurs et la vente à domicile, en faisant appel à des témoignages pour nourrir l’écriture et la réflexion sur ce thème. Philippe Carbonneau, qui travaille avec moi depuis longtemps, a mené des entretiens et a compilé les témoignages. J’ai proposé que ma pièce mette en scène cinq vendeurs à domicile en déplacement, comme des artistes en tournée, qui se retrouvent dans leur chambre d’hôtel, le soir, pour échanger sur l’expérience de la journée.

Pourquoi ce thème ?
J. P. : C’est un sujet qui m’inspire, une question récurrente qui m’intéresse depuis quelque temps.
Il y avait déjà une scène sur ce thème dans Cercles / Fictions et j’avais envie d’approfondir, de prolonger la recherche. Bien sûr, il y a une là une dimension humaine très concrète, et j’envisage cette pièce comme un documentaire, selon une approche réaliste. Mais au-delà du réalisme et d’une étude sur un métier, ce qui m’intéresse, c’est une question plus vaste : qu’est-ce que le commerce, qu’en est-il de la relation commerciale qui nous unit tous les uns les autres dans nos sociétés occidentales ? Qu’est-ce que tout cela a transformé et instauré dans le lien et la relation sociale, humaine, dans un couple, dans une famille, un groupe d’amis ? Quand on se vend des choses les uns aux autres, quand on pense que l’autre ne fait rien de manière gratuite, qu’il est toujours dans la stratégie, quand, soi-même, on est dans ce rapport-là, cela influe nécessairement sur les rapports entre les hommes. Au-delà d’une espèce de critique un peu facile du libéralisme, j’ai envie de comprendre la portée du commerce. Forcément, celui-ci fait évoluer le rapport de confiance entre les individus.

Propos recueillis par Catherine Robert

La grande et fabuleuse Histoire du commerce,
texte et mise en scène de Joël Pommerat.
Du 12 au 15 décembre 2012.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre