La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -202-TM+

Grisey et la spirale

Grisey et la spirale - Critique sortie Classique / Opéra Nanterre Maison de la musique de Nanterre
Crédit photo : DR

Publié le 1 octobre 2012 - N° 202

Depuis janvier dernier, Emmanuelle Vo-Dinh dirige Le Phare, Centre chorégraphique national du Havre. Elle signe la chorégraphie du spectacle Revolve, basé sur Vortex temporum de Gérard Grisey, avec les musiciens de l’ensemble TM+, dirigés par Marc Desmons.

« La musique, c’est le déclenchement d’un imaginaire »

Quel rapport entretenez-vous à la musique contemporaine ?

Emmanuelle Vo-Dinh : J’ai été initiée à ce répertoire dans mon passé d’interprète, en particulier grâce à mon travail avec François Raffinot, qui a longtemps dirigé le Centre chorégraphique du Havre. J’ai ainsi pu collaborer avec Pascal Dusapin ou Yan Maresz. Devenant chorégraphe, j’ai eu envie de me confronter à ce répertoire, de travailler avec des compositeurs. Mais je ne suis pas musicienne, j’ai donc un rapport instinctif, intuitif à cet art. Je fonctionne au coup de foudre. La musique, c’est pour moi le déclenchement d’un imaginaire.

Vous avez donc eu un coup de foudre pour Vortex temporum de Grisey…

E. V-D. : J’ai entendu cette pièce pour la première fois à la radio en 2007. Elle est longtemps restée dans les placards, car il est toujours complexe de monter un spectacle danse-musique. Il y a deux ans, lorsque le directeur du ballet de Toronto m’a commandé une pièce, j’en ai profité pour utiliser cette œuvre, ce qui m’a permis de développer un travail sur la spirale et la « physicalité » avec six danseuses. Je me suis inspirée du temps qui se désagrège, de la répétition du mouvement propre à cette musique. Je n’ai malheureusement disposé que d’un mois de répétition, ce qui a donné un spectacle brut, sans lumières, sans costumes et avec musique enregistrée. Cette saison, j’ai souhaité reprendre Vortex temporum avec, cette fois-ci, une scénographie et des musiciens en chair et en os, ce qui apporte une dimension organique au spectacle. En prologue à l’œuvre de Grisey, j’ai par ailleurs imaginé une séquence minimaliste, mystérieuse avec de courtes improvisations des musiciens.

Quel est votre projet pour le Centre chorégraphique du Havre, dont vous avez pris la direction en janvier dernier ?

E.V-D. : Mon projet met en avant les écritures chorégraphiques contemporaines. Au-delà des missions d’accueil de chorégraphes, d’esthétiques très différentes, je souhaite montrer comment on écrit la danse, ce qui reste souvent nébuleux pour le public. A travers des master-classes, des ateliers, il est possible de suivre le processus de création, de voir comment travaille un chorégraphe dans son studio. J’ai nommé le Centre chorégraphique du Havre Le Phare, ce qui lui confère une identité et permet quantité de jeux de mots, comme les manifestations « Phare ouest » et « Pharenheit » !

Propos recueillis par Antoine Pecqueur

A propos de l'événement

Revolve
du Dimanche 26 mai 2019 au Vendredi 23 novembre 2012
Maison de la musique de Nanterre
8 rue des Anciennes-Mairies, 92000 Nanterre
Le 15 novembre au Volcan du Havre, 23 novembre àla Maisonde la musique de Nanterre.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra