La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -291-Ars Nova

Gregory Vajda en résidence pour 3 ans, une musique qui rassemble et fédère

Gregory Vajda en résidence pour 3 ans, une musique qui rassemble et fédère - Critique sortie Classique / Opéra poitiers TAP - Théâtre Auditorium de Poitiers
Gregory Vajda. © Christophe Martin

ENTRETIEN / Artiste en résidence

Publié le 17 août 2021 - N° 291

Le compositeur et chef hongrois est en résidence pour trois saisons auprès d’Ars Nova.

Comment articulez-vous vos différents rôles de compositeur, instrumentiste, chef et pédagogue ?

Gregory Vajda : Tout est connecté, tout est musique. Mon expérience de clarinettiste ou de chef me sert quand je compose. J’ai écrit mon opus 1 la clarinette à la main ! Au fond, aborder la musique par différentes entrées, y compris l’enseignement, n’est pas nouveau : c’est ce que faisait Bach. Et les jazzmen ne se posent même pas la question ! En tant qu’artiste en résidence, mon objectif est de tout mettre en œuvre pour attirer au-delà du cercle des initiés de la musique classique ou contemporaine. La musique apporte ses propres réponses aux interrogations du monde contemporain.

« La musique apporte ses propres réponses aux interrogations du monde contemporain. »

Qu’est-ce qui guide votre choix des œuvres ?

G.V. : C’est précisément ce rapport au monde. Pour notre premier projet, L’Analphabète, je pars de l’idée que la musique permet de surmonter les barrières de la langue, sans qu’elle ait besoin d’être comprise littéralement. Avec leurs langages plus ou moins inventés, Ligeti, Vivier et Aperghis mettent tout le monde à égalité : c’est au-delà des mots que se trouve le sens. C’est également le propos de What is the word ? de Kurtág mais aussi de ma propre pièce, qui traite de la « langue perdue » de l’exilé.

Pour la suite de votre résidence, quelles œuvres ou thématiques aimeriez-vous aborder ?

G.V. : Je veux d’abord utiliser l’architecture de ce lieu magnifique, le TAP-Théâtre Auditorium de Poitiers, pour connecter espace musical et espace réel — ce que l’on a commencé à faire avec Kurtág. Interroger aussi la relation entre ordre et chaos, avec l’aide de Ligeti et de Xenakis. Et il y a le projet de création d’un opéra de chambre pour ma troisième année de résidence. Je suis persuadé que la musique gagne à être présentée dans sa plus grande diversité. C’est comme dans un musée : les œuvres s’éclairent les unes les autres.

 

Propos recueillis par Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Concert Arvo Pärt.
du Lundi 8 novembre 2021 au Lundi 8 novembre 2021
TAP - Théâtre Auditorium de Poitiers

à 20h30.


Masterclasses avec la Fondation Peter Eötvös. Budapest Music Center, du 12 au 21 janvier 2022.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra