La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -205-Trois Théâtres à Aix et Marseille

Entretien Sonia Wieder-Atherton

Entretien Sonia Wieder-Atherton - Critique sortie Classique / Opéra Aix-en-Provence Théâtre du Jeu de Paume
Crédit : Jean-Baptiste Mondino

Théâtre du Jeu de Paume / Sonia Wieder-Atherton

Publié le 20 décembre 2012 - N° 205

Seule en scène

Au Théâtre du Jeu de Paume, la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton nous convie à une odyssée pour violoncelle et chœur imaginaire autour de la Méditerranée. 

« Une succession d’aventures : l’aventure du souffle, du vent, de la tempête, le chaos… »

Comment est né ce projet d’odyssée musicale ?

Sonia Wieder-Atherton : Cette odyssée est le troisième volet d’un triptyque : après Chant juif et Chant d’Est, je souhaitais me consacrer à la Méditerranée. L’image qui m’est alors venue est celle du théâtre antique, que l’on voit aussi bien en Grèce qu’en Italie. Au centre du théâtre, il y a un personnage qui livre un récit et se confronte aux éléments, au feu, aux dieux, à l’apprentissage de la démocratie. Les tragédies se jouent sur cette scène ronde. Je voulais me mettre dans cette situation, en étant seule sur scène avec une bande-son, qui incarne le chœur imaginaire. L’odyssée, comme chez Ulysse, est ici construite comme une succession d’aventures : l’aventure du souffle, du vent, de la tempête, le chaos…

Quelles musiques avez-vous choisies ?

S.W-A. : J’ai tout d’abord commencé à réunir des sons : de films, de villes, des sanglots, des cris… En matière musicale, je touche la Méditerranée de différentes façons. Une élégie éternelle de Granados évoque le flot des vagues, reprise dans la bande-son. J’ai adapté des musiques égyptiennes, où se mêlent le son et son ombre. Une berceuse corse rappelle les scènes avec les nourrices, typiques de la tragédie, comme dans Médée, tandis qu’une musique arabo-andalouse révèle le sanglot des hommes quand ils chantent. La Callas sera aussi présente, indirectement, avec son « Casta Diva ». Une œuvre de Frank Krawczyk, In repetitio, jouera sur des effets de mirage, un jeu entre moi et moi. Il y aura aussi une pièce de Georges Aperghis, intitulée Le reste du temps. Il y a tous ces moments où je vais vers mais il y aura aussi des moments où j’attire, où l’on entend la musique qui me nourrit, notamment Bach. La dernière pièce est un chœur extrait de Manfred de Schumann, avec des voix trouées faisant découvrir peu à peu la mélodie, comme la lecture d’un parchemin.

Quelle scénographie avez-vous imaginée ?

S.W.-A. : Je serai installée sur une sorte de radeau, avec derrière moi un voile, dans lequel le vent soufflera, mais qui pourra aussi être replié, me protéger. Le spectateur devra sentir que si je quitte ce radeau, je quitte l’odyssée, comme la scène du théâtre antique. Il y aura une unité de lieu, d’acte, de récit. Je trouve cela fantastique de présenter ce projet au Théâtre du Jeu de Paume, qui est un vrai bijou.

Propos recueillis par Antoine Pecqueur

A propos de l'événement

Sonia Wieder-Atherton
du mardi 5 mars 2013 au jeudi 7 mars 2013
Théâtre du Jeu de Paume
21 rue de l’Opéra, 13 100 Aix-en-Provence
Coréalisation Marseille-Provence 2013.

Théâtre du Jeu de Paume, 21 rue de l’Opéra, 13 100 Aix-en-Provence. Théâtre du gymnase, 4 rue du Théâtre français, 13001 Marseille. Grand Théâtre de Provence, 380, avenue Max-Juvénal, 13100 Aix-en-Provence. Tél : 08 2013 2013. www.lestheatres.net.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra