La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -224-Les Gémeaux, Scène nationale Sceaux

Entretien / Kader Attou

Entretien / Kader Attou - Critique sortie Danse Sceaux Les Gémeaux - Scène Nationale
© João Garcia

Danse / Opus 14 / Chor. Kader Attou

Publié le 27 septembre 2014 - N° 224

A l’écoute des différences

Les Gémeaux présentent, pour la première fois en Île-de-France, la création 2014 de Kader Attou, directeur du CCN de La Rochelle et l’un des chefs de file de la création chorégraphique hip-hop.

Vous créez actuellement Opus 14, nouvelle étape dans votre recherche sur la masse. Que faut-il entendre par ce terme ?

Kader Attou : Deux personnes peuvent faire masse. C’est déjà un nombre, un collectif, dans lequel l’enjeu est de voir exister le groupe, mais aussi l’individu : j’écris à partir de l’identité de chaque danseur, je propose moi-même très peu de mouvements… Mes précédentes pièces m’avaient déjà conduit à m’interroger sur la masse. Je souhaite aujourd’hui explorer de nouvelles pistes sur ce thème : dans The Roots (2013), je travaillais sur l’énergie de la masse, et sur la fragilité et la poésie qui sont à l’oeuvre dans le hip-hop. Alors que cette recherche était relativement narrative, je voudrais dans Opus 14 m’éloigner du récit, au profit de l’écriture chorégraphique proprement dite : je n’aime pas trop le mot « ballet », mais c’est un peu vers cela qu’il s’agit d’aller. Pour la première fois, je vais travailler avec un groupe très nombreux : seize danseurs.

Ces seize interprètes partagent-ils une même culture corporelle ?

K. A. : J’ai toujours été considéré comme un chorégraphe qui « travaille avec le monde », ce qui me réjouit : pour comprendre ce qu’était ma danse, j’ai eu besoin de travailler avec des danseurs africains, indiens… Aujourd’hui, j’éprouve le besoin de questionner la diversité au sein même du hip-hop. Dès lors, la diversité n’est plus aussi « évidente » que lorsqu’on réunit sur un plateau un danseur contemporain, un danseur de kathak, un danseur hip-hop… Malgré tout, entre deux danseurs hip-hop, il y a une multitude de différences à cultiver, et à faire émerger dans l’écriture chorégraphique : nous travaillons par exemple une marche très simple, unissant les seize danseurs, et qui évolue peu à peu : de façon presque imperceptible, certains danseurs se retirent, introduisent un développement… C’est alors au spectateur de se mettre à l’écoute des différences, d’apprendre à les voir et à les savourer.

« j’éprouve le besoin de questionner la diversité au sein même du hip-hop … »

La programmation des Gémeaux, cette saison, fait la part belle au hip-hop. Cette expression artistique récente a-t-elle gagné ses lettres de noblesse ?

K. A. : Le hip-hop a eu la chance d’être rapidement soutenu par l’institution. Cela dit, de nombreuses personnes, à la sortie de mes pièces, viennent encore me dire : « Je ne savais pas que c’était ça, le hip-hop ! » Or ce n’est pas « le hip-hop » qu’elles ont vu, c’est un projet artistique singulier. De même qu’on ne va pas voir « de la danse contemporaine », mais le travail de Maguy Marin ou de Jean-Claude Gallotta ! Il y a donc sans doute encore une reconnaissance du hip-hop comme danse d’auteur à acquérir… L’histoire de la danse en France est incroyablement riche – notamment, il faut le souligner, grâce à ce qu’ont permis le régime de l’intermittence du spectacle et l’exception culturelle. Le hip-hop est aujourd’hui l’un des maillons de cette fabuleuse histoire…

Propos recueillis par Marie Chavanieux

A propos de l'événement

Opus 14
du Jeudi 6 novembre 2014 au Dimanche 9 novembre 2014
Les Gémeaux - Scène Nationale
49 Avenue Georges Clemenceau, 92330 Sceaux, France

Théâtre Les Gémeaux, Scène Nationale, 49, avenue Georges Clemenceau, 92 330 Sceaux. Spectacles du mardi au samedi à 20h45, le dimanche à 17h. Tél : 01 46 61 36 67. www.lesgemeaux.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse