La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -279-Festival International des Arts de Bordeaux Métropole

Bisonte, chorégraphie de Marco Da Silva Ferreira

Bisonte, chorégraphie de Marco Da Silva Ferreira - Critique sortie Danse Bordeaux La Manufacture - CDCN
© José Caldeira Marco Da Silva Ferreira.

La Manufacture / chor. Marco Da Silva Ferreira
Entretien Marco Da Silva Ferreira

Publié le 22 août 2019 - N° 279

Dans Bisonte, le chorégraphe portugais Marco Da Silva Ferreira prolonge son travail sur la culture urbaine débuté avec Hu(r)mano (2015). À travers la danse, il questionne son rapport au pouvoir et à la masculinité.

Au sujet de votre pratique chorégraphique, vous évoquez souvent la « dimension sociale » des danses urbaines. Comment l’abordez-vous dans Bisonte ?

Marco Da Silva Ferreira : Après avoir créé dans Brother (2017) des ponts entre diverses danses tribales anciennes et des danses urbaines d’aujourd’hui, je m’intéresse dans Bisonte à l’expression dans les danses urbaines d’un phénomène flagrant dans les sociétés contemporaines : l’absence de place pour l’émotion, pour l’intimité et la vulnérabilité. Et inversement, le culte du pouvoir, de la virilité.

À partir de quelles danses avez-vous travaillé avec vos six interprètes ?

M.D.S.F. : J’ai provoqué une collision entre des danses et des règles qui ne se rencontrent pas dans la réalité. Je fais se rencontrer l’attitude du krump et du hip hop avec celle du carnaval et des états hystériques. Je cherche avant tout à créer des images à partir de divers références et stéréotypes, et à les mettre en friction avec l’horizon d’attente suscité dans les danses urbaines. Cela grâce à trois danseurs masculins très normés, et à trois danseuses qui ne le sont pas du tout. Les genres deviennent alors fluides.

« J’ai provoqué une collision entre des danses et des règles qui ne se rencontrent pas dans la réalité »

Cette question du genre est-elle très sensible aujourd’hui dans la société et la danse contemporaine portugaises ?

M.D.S.F. : Elle l’est en effet dans la société. Et au-delà du genre, ce sont toutes les expressions queer et la question de l’orientation sexuelle qui font l’objet de nombreuses réflexions. Le milieu artistique en est hélas un peu coupé. En tant qu’artiste, je considère comme étant de mon devoir de tenter de faire évoluer les mentalités.

 

Propos recueillis par Anaïs Heluin

A propos de l'événement

Collisions urbaines, chorégraphie de Marco Da Silva Ferreira
du Mardi 8 octobre 2019 au Mardi 8 octobre 2019
La Manufacture - CDCN
226 Boulevard Albert 1er, 33800 Bordeaux

Festival International des Arts de Bordeaux Métropole


9 rue des Capérans, 33 000 Bordeaux.


Du 4 au 20 octobre 2019, dans une trentaine de lieux.


Tél : 09 86 40 07 29.


fab.festivalbordeaux.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse