La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -201-Centre Chorégraphique National de Tours

Elan et vérité de la danse

Elan et vérité de la danse - Critique sortie Danse Tours Centre Chorégraphique National de Tours
Crédit : Nina-Flore Hernandez Légende : La Griffe, solo de Christine Gérard pour Anne-Sophie Lancelin, est repris au CCNT.

Publié le 9 septembre 2012 - N° 201

Christine Gérard nous parle de sa démarche de chorégraphe à travers une reprise, La Griffe, et une création, Les Dormeurs.

« Anne-Sophie Lancelin est capable de comprendre le creux de la danse. »

Votre présence à Tours s’articule autour d’une création, et de la reprise du solo La Griffe

Christine Gérard : J’ai transmis ce solo à Anne-Sophie Lancelin en 2009. Je l’avais créé en 1992 sur l’idée d’un autoportrait autour du travail du peintre Arnulf Rainer. J’aime énormément l’abstraction, mais j’ai fait avec lui le choix d’un expressionnisme lyrique. Ce travail se compose en trois parties. Pour la première  l’idée du dessin, de la ligne, de la coupure prédomine, à travers une danse très rapide, à peine visible, mais coupante et incisive. Rainer laboure son tableau de traits, il superpose à son image d’autres matières, d’autres couleurs, le tableau donne l’impression d’être haché, coupé, traversé par des lames. La deuxième partie donne à voir un côté sensuel, brûlant, sur l’idée de la pulsation, la vibration, et la troisième partie se concentre autour du visage, du sourire, de la grimace, d’un dessin qui viendrait modifier la structure intérieure du corps.

Pourquoi Anne-Sophie Lancelin ? Vous êtes-vous reconnue dans cette danseuse, qui est également interprète pour Thomas Lebrun ?

C. G. : J’enseignais au Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris et Anne-Sophie était mon élève depuis ses seize ans. Elle est tellement dans la transformation… Elle est capable de redonner au solo sa propre identité, comme une nouvelle naissance, tout en restant absolument dans l’écriture. Elle est capable de comprendre le creux de la danse. C’est plus qu’une interprète, c’est quelqu’un qui épouse et redonne élan et vérité à une pièce ancienne. Elle réinvente à partir d’une intériorité profonde.

Ce qui vous a conduite à lui proposer cette nouvelle création Les Dormeurs, en duo avec Andrien Dantou…

C. G. : Ce qui m’intéressait dans l’histoire des Dormeurs, c’était de travailler cette véritable relation existant entre Adrien et Anne-Sophie. J’ai voulu chercher ce qui peut les lier, les désunir et les unir. J’ai proposé des danses que je leur ai apprises, mais eux aussi en ont créées. L’idée de mélange de nos trois identités forme ce duo.

Propos recueillis par Nathalie Yokel

 

Soirées partagées avec Daniel Dobbels, les 21 et 22 mars  2013 au CCNT.

A propos de l'événement

Soirées partagées avec Daniel Dobbels
du Jeudi 21 mars 2013 au Vendredi 22 mars 2013
Centre Chorégraphique National de Tours
47 Rue du Sergent Leclerc 37000 Tours
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse