La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Festival de Royaumont

Festival de Royaumont - Critique sortie Classique / Opéra Asnières-sur-Seine
Le jeune pianiste italien Edoardo Torbianelli, interprète du Concerto en fa mineur opus 21 de Chopin, le 30 septembre à 17h30.

FESTIVAL / VAL D’OISE / TOUS REPERTOIRES

Publié le 4 août 2018 - N° 268

Un mois et demi d’aventures musicales entre les murs et dans les jardins de la merveilleuse abbaye, à 30 kilomètres au nord de Paris.

Quarante concerts et spectacles sont au programme du Festival, héritier de l’initiative en 1936 d’Henry Goüin, en charge de l’abbaye de Royaumont, propriété familiale acquise par son grand-père en 1905, qu’il rêve d’ouvrir aux musiciens, peintres, écrivains et philosophes pour « leur permettre ainsi de profiter, ne serait-ce que quelques jours, de l’atmosphère enrichissante du vieux monastère ». Le ton était donné ! Le premier concert est organisé en 1936, et depuis, hors années de guerre, la musique n’a jamais cessé de s’y épanouir idéalement. Pour Francis Maréchal, le directeur de l’actuel festival et de la Fondation Royaumont, cette édition 2018 est pensée dans un dialogue permanent entre « temps forts et discrètes correspondances » et découpée en week-ends thématiques.  « L’art du partage », thème des Journées européennes du patrimoine, inspire la programmation des 15 et 16 septembre avec des propositions autour du flamenco, dont un programme célébrant la fascination de Manuel de Falla pour le chant andalou défendu par l’Euskam Barrokensemble ou un concert du grand cantor Jesus Méndez accompagné à la guitare par Manuel Valencia, ou des paysages de la flûte, idéal instrument de traverse, de Naïssam Jalal en « Quête de l’invisible » à la Fanfare XP de Magic Malik.

Week-ends thématiques

Le week-end suivant célèbrera le 350ème anniversaire de François Couperin (1668-1733), en partenariat avec le festival baroque de Pontoise, pour un programme consacré notamment aux Nations, le chef-d’œuvre composé en 1726, dirigé par le claveciniste Jean-Luc Ho (le 28 à Pontoise, le lendemain à Royaumont). Autre hommage le 30 pour clôturer la programmation de septembre: une journée “Chopin et écoutes romantiques“ pour redécouvrir sa musique sous les doigts de pianistes adeptes d’instruments d’époque : à midi en compagnie du lauréat du Concours Chopin sur pianos d’époque de Varsovie (qui se sera tenu du 2 au 14 septembre), à 14h30 pour « un concert dans un salon parisien en 1830 », parenthèse chambriste autour du piano (Pleyel) de Benjamin d’Anfray, ou encore à 17h30 au Réfectoire des moines, dans un programme avec orchestre inspiré par l’esprit du Bel canto, source majeure du Polonais, où des airs de Bellini et Rossini (chantés par la mezzo Eva Zaïcik) entreront en résonnance avec le Concerto  en fa mineur opus 21, interprété en soliste par Edoardo Torbianelli (au clavier d’un Pleyel de 1842), avec l’Orchestre des Pays de Savoie dirigé par Nicolas Chalvin. A suivre : les 6 et 7 octobre où Gesualdo et Mahler seront à l’honneur.

 

Jean Lukas

A propos de l'événement

Festival de Royaumont
du Samedi 25 août 2018 au Dimanche 7 octobre 2018

Abbaye de Royaumont, Asnières-sur-Seine (95).

Tél. 01 30 35 58 00.


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra