La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Emmanuel Krivine : deuxième saison nationale

Emmanuel Krivine : deuxième saison nationale - Critique sortie Classique / Opéra Paris Maison de la radio - Auditorium de Radio France

RADIO-FRANCE / THEATRE DES CHAMPS-ELYSÉES / SYMPHONIQUE

Le directeur musical de l’Orchestre National de France fait sa rentrée dans Brahms.

Il y a exactement un an, le 7 septembre 2017, Emmanuel Krivine, nouvellement promu directeur musical de l’Orchestre National de France, premier chef français à ce poste depuis 40 ans, dirigeait dans Webern et Franck son concert inaugural en soulignant « l’alchimie » qui avait déjà opéré entre ses musiciens et lui-même : « elle va nous permettre de faire de la musique à grande échelle. », annonçait-il. Bâtisseur d’orchestre à la réputation compliquée, (ses années à Lyon, de 1987 à 2000, ont laissé des traces douloureuses), Emmanuel Krivine semble s’être apaisé et adouci dans l’incroyable aventure de La Chambre Philharmonique, son orchestre démocratique sur instruments d’époque fondé en 2004. C’est en puisant dans la qualité humaine de cette expérience qu’il a opéré son retour à la prise en main d’un grand orchestre permanent. Prenant la suite d’immenses chefs, dont Sergiu Celibidache, Lorin Maazel ou Kurt Masur, Emmanuel Krivine va poursuivre cette saison sa recherche avec l’Orchestre National de France, mettant sa fascinante gestique, toujours économe dans son expression mais d’une précision et d’une subtilité phénoménales, au service des répertoires les plus variés.

L’orchestre vu de l’intérieur

Un art savant et souvent génial de la direction, servi par une intuition musicale diabolique mais également par une connaissance intime et concrète de l’orchestre, qu’Emmanuel Krivine a vécu de l’intérieur comme violoniste au début de carrière. « Je crois que tout chef d’orchestre doit avoir mariné dans l’orchestre, ça fait le plus grand bien. L’immersion en orchestre, c’est très intéressant parce que vous n’êtes pas responsable, mais vous participez à quelque chose de merveilleux sans être exposé mentalement. Et cette non-exposition permet de ressentir de manière plus libre. » confiait Emmanuel Krivine au micro d’A voix nue sur France Culture en 2016. Son vaste répertoire traverse volontiers la musique française (comme on l’a vu la saison passée et le  reverra prochainement), avec une prédilection intacte pour le répertoire romantique germanique. Ce sera le cas pour cette ouverture de saison marquée par une intégrale des quatre symphonies de Brahms, qu’il sera passionnant de comparer avec le même programme défendu par le même chef en 2016-2017 avec son autre phalange, La Chambre philharmonique. Le cycle s’ouvre avec la dernière et la première symphonie de la série : la « Quatrième » associée à l’ouverture du Roi d’Ys de Lalo et au Concerto pour  piano n°5 « L’Egyptien » de Saint-Saëns (avec Bertrand Chamayou en soliste), le 13 septembre ; puis la « Première », parfois un peu méchamment surnommée   la « Dixième symphonie  de Beethoven » tant elle laisse transpirer l’admiration de son auteur pour son illustre modèle, ici associée à Don Juan de Richard Strauss et au Premier concerto de Liszt interprété par Evgueni Kissin. Le cycle se poursuivra et s’achèvera en fin de saison, en mars et juin, avec les Symphonies n°2 et 3.

 

Jean Lukas

A propos de l'événement

Emmanuel Krivine : deuxième saison nationale
du Jeudi 13 septembre 2018 au Jeudi 13 septembre 2018
Maison de la radio - Auditorium de Radio France
116 avenue du président Kennedy, 75016 Paris.

à 20 h. Tél. 01 56 40 15 16.


Théâtre des Champs- Élysées, 15 avenue Montaigne, 75008 Paris. Samedi 22 septembre à 20h. Tél. : 01 49 52 50 50.


Mots-clefs :, ,

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction