La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra

Festival Chopin

Festival Chopin - Critique sortie Classique / Opéra

Légende photo : Le Festival Chopin salue cette année la mémoire de la pianiste et pédagogue Germaine Mounier.

Publié le 10 juin 2007

Du 16 juin au 14 juillet, l’Orangerie de Bagatelle accueille l’un des grands rendez-vous des amateurs de piano.

C’est une édition particulière que s’apprête à vivre le Festival Chopin. Pas de thématique précise cette année, mais un hommage à Germaine Mounier, pianiste et vice-présidente du Festival, décédée il y a quelques mois. « Elle était une pianiste de haute valeur à la personnalité forte », rappelle Antoine Paszkiewicz, président du Festival Chopin. Mais surtout, c’est pour ses qualités d’enseignante que Germaine Mounier a été reconnue. Il était donc naturel que le Festival choisisse un angle « pédagogique » pour saluer sa mémoire. La grand-messe pianistique mettra ainsi en lumière le Chopin « professeur ». « Les mélomanes connaissent bien Chopin comme compositeur, également comme interprète mais beaucoup moins comme pédagogue. Or Chopin avait un goût profond pour l’enseignement. Il cherchait avec ses élèves une complicité avec sa propre finesse », remarque Antoine Paszkiewiscz. Pour illustrer cette dimension méconnue, chaque concert comprendra un Prélude et fugue extrait du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach. Car Chopin avait pour habitude de faire travailler ces pièces à chaque élève. Une tradition que reprendra à son compte Germaine Mounier…

Jeunes talents

L’affiche du Festival dévoile également une nouveauté dans la programmation artistique : les cafés-conférences. Dominique Merlet y parlera de l’art de la pédale et Jean-Jacques Eigeldinger y évoquera Chopin vu par ses élèves. Antoine Paszkiewiscz précise justement que « le but de la Société Chopin (ndlr : organisatrice du Festival) est de faire connaître la musique, mais aussi la personnalité de Chopin. ». Outre ces conférences, qui seront toutes illustrées musicalement, le Festival accueille également des concerts portes-ouvertes, où se produiront de jeunes talents. Particularité notable de ces concerts, ils seront tous gratuits. « Nous cherchons à être accessible à tout le monde. Il faut sortir de l’image guindée de la musique de Chopin », plaide le Président du Festival. Ces initiatives originales ne sauraient néanmoins occulter les concerts plus traditionnels, qui verront défiler les pianistes les plus excitants du moment. De Cyprien Katsaris à Akiko Ebi et de Jean-Marc Luisada à Igor Tchetuev, toutes les écoles seront représentées. Cette confrontation est d’autant plus intéressante que l’on arrive aujourd’hui à un tournant dans l’interprétation de Chopin. Comme l’explique Antoine Paszkiewiscz, « les performances deviennent incroyables techniquement. Mais il est nécessaire que cette technique soit un moyen d’accéder au message musical, sinon jouer Chopin équivaudra à une compétition olympique. » L’Orangerie de Bagatelle constituera donc le lieu idéal pour prendre le pouls de l’actuelle déferlante Chopin.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra