La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Entretien Alban Richard

Et mon cœur a vu à foison

Et mon cœur a vu à foison - Critique sortie Danse Paris Théâtre national de Chaillot
Crédit : Agathe Poupeney Légende : Alban Richard crée une nouvelle pièce à Chaillot.

Théâtre National de Chaillot Chorégraphie Alban Richard

Publié le 24 février 2014 - N° 218

Nouvelle création, nouveaux matériaux. Alban Richard déploie un monde vertigineux et foisonnant, une pièce chorégraphique, théâtrale et musicale inspirée par le moyen âge.

Quels sont les nouveaux enjeux que vous avez voulu interroger avec cette pièce ?

Alban Richard : Pour chaque nouvelle création, l’enjeu est pour moi de chercher un objet différent du précédent : chaque objet est unique, avec sa propre structure, son propre processus, ses matériaux, mais toujours dans l’envie de travailler sur la transversalité entre les arts. En fonction des choix opérés, on aboutit à des propositions qui n’ont rien à voir les unes avec les autres. Pour cette pièce, l’enjeu était de s’ancrer dans des éléments issus du moyen âge. Je me suis appuyé sur une multitude d’entrées, de pistes de travail et de matières. La pièce déroule sept sections différentes, que l’on a appelées des « chambres ». C’est vraiment comme un polyptyque que l’on déplie. Chaque chambre est reliée à des genres théâtraux ou à des spécificités et moments festifs médiévaux, tels la sotie, l’idée de carnaval, le monologue dramatique, le sabbat, la moralité, les mystères… Nous plongeons dedans pour essayer de trouver une forme que l’on invente mais qui y reste reliée.

« Sept chambres comme autant de rituels de transe et de théâtre. »

Vous vous êtes également tourné vers la transe. Pourquoi ?

A. R. : Je considère ces sept chambres comme autant de rituels de transe et de théâtre. Il y a des rituels lents, des rituels énergiques et dynamiques, des rituels plutôt philosophiques. C’est une soirée chorégraphique, musicale et théâtrale, tout en exubérance, presque gothique. Le gothique force le trait, il dépasse la mesure. En cela je dirais que c’est une pièce « monstrueuse », car elle en contient sept, et déroule une sorte de cortège de corps et de frénésie, des corps qui se montrent dans leur stupidité, leur faiblesse, des corps qui s’exténuent, des corps en transe…

Pourquoi cette distribution totalement masculine ?

A. R. : En faisant des recherches sur les XIIIème et XIVème siècles, je me suis intéressé aux débuts de la chasse aux sorcières et de l’invention du sabbat, aux premières femmes brûlées. C’est comme si le corps féminin de la sorcière, de l’hystérique, de la sainte en extase naissait un peu à ce moment-là. Un corps féminin hors société.  Et c’est ce même corps qui hante depuis sept siècles l’histoire de l’art. Cela m’intéresse de montrer des hommes hantés par ces corps-là, et que l’on inverse la tendance car à cette époque, les femmes étaient interdites sur la scène du théâtre dans de nombreuses sociétés. Il y a l’idée du travestissement, de la transsexualité aussi. L’idée de traversée, de rituel, est très importante dans cette pièce : entre les vivants et les morts, entre les hommes et les femmes, entre le moyen âge et aujourd’hui.

 

Propos recueillis par Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Et mon cœur a vu à foison
du Mercredi 5 mars 2014 au Vendredi 7 mars 2014
Théâtre national de Chaillot
Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75016 Paris, France

Du 5 au 7 mars 2014 à 20h30. Tel : 01 53 65 30 00.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse