La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Entretien

Paradis Lapsus

Paradis Lapsus - Critique sortie Danse Paris Théâtre national de Chaillot
Légende : Les lapsus physiques et langagiers de Pierre Rigal. (c) Mélanie Chartreux

Théâtre National de Chaillot / chor. Pierre Rigal

Publié le 28 octobre 2014 - N° 225

Pierre Rigal crée sa première pièce jeune public, pour le Théâtre National de Chaillot : Paradis Lapsus

D’où vient le projet de réaliser une pièce à destination du jeune public ?

Pierre Rigal : C’est une idée que j’avais depuis longtemps… Et le Théâtre National de Chaillot m’a fait cette proposition, que j’ai donc acceptée avec plaisir. Cela dit, je ne construis pas la pièce en pensant, à chaque instant, que je m’adresse à un public enfantin. J’ai surtout saisi cette adresse au jeune public comme une occasion d’expérimenter de nouvelles choses, des pistes sur lesquelles je n’aurais peut-être pas osé m’aventurer dans une pièce conçue pour un public exclusivement adulte,  et qui m’ouvrent des voies pour la suite de mon travail. Ainsi le fait d’écrire des chansons, en français… Je les ai composées avec les quatre complices d’une précédente pièce, Micro.

« Questionner à la fois le langage verbal et le langage corporel, m’interroger sur leur pertinence pour exprimer les choses et les sentiments. »

Le thème du lapsus, qui est au coeur de cette création, nous laisse imaginer une pièce plutôt tournée vers la langue, le texte, voire le théâtre…

P. R. : En réalité, « lapsus », en latin, renvoie à l’action de trébucher. Le terme unit donc l' »accident » physique et langagier ! Et c’est ce qui m’intéresse dans cette pièce : questionner à la fois le langage verbal et le langage corporel, m’interroger sur leur pertinence pour exprimer les choses et les sentiments. Le langage verbal est un outil – mais c’est un outil partiel, et parfois trompeur. Le corps peut être un autre outil. L’idéal est qu’ils parviennent à être complémentaires. Mais c’est loin d’être toujours le cas ! Dans la pièce, une chanteuse essaie de « réparer » les voix des deux personnages qui essaient de communiquer. Mais elle-même commet quelques erreurs…

En quoi le lapsus peut-il conduire à un paradis ?

P. R. : Paradoxalement, ne pas se comprendre pourrait être aussi une source de bonheur. Les mots sont des outils de communication, mais pas d’harmonie : les conflits, les guerres sont aussi faits de mots. Alors peut-être faut-il aussi prendre de la distance par rapport à ces mots, et explorer bien d’autres choses que l’on peut faire avec eux – de la poésie, de l’humour, de l’étonnement… Et c’est aussi quelque chose que j’ai envie de transmettre aux enfants, notamment à ceux qui sont parfois en difficulté, pour lesquels le rapport à la parole est complexe : il y a bien d’autres manières de s’exprimer ! Et parfois, c’est l’opacité même de la communication qui ouvre des pistes riches et insoupçonnées.

 

Propos recueillis par Marie Chavanieux

A propos de l'événement

Paradis Lapsus
du Mercredi 12 novembre 2014 au Mardi 25 novembre 2014
Théâtre national de Chaillot
1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 Paris, France

Théâtre National de Chaillot, 1 place du Trocadéro, 75116 Paris. Du 12 au 25 novembre. Tél. 01 53 65 30 00. Tout public à partir de 9 ans.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse