La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

En prévision de la fin du monde et de la création d’un nouveau de Pauline Sales

En prévision de la fin du monde et de la création d’un nouveau de Pauline Sales - Critique sortie Théâtre Paris Les Plateaux Sauvages
L’autrice et metteuse en scène Pauline Sales. © Juliette Sales

Les Plateaux Sauvages

Publié le 21 février 2022 - N° 297

Fruit d’une commande passée, en 2019, par les Théâtrales Charles-Dullin (Festival de la création contemporaine en Val-de-Marne), En prévision de la fin du monde et de la création d’un nouveau est présenté aux Plateaux Sauvages. Un spectacle (pour tous publics dès 10 ans) écrit et mis en scène par Pauline Sales.

Quels étaient les termes de la commande d’écriture qui a donné lieu à votre création ?

Pauline Sales : La demande était d’écrire et de mettre en scène une pièce ayant pour thème les enfants et la politique. Initialement, il était prévu que je rencontre dans le Val-de-Marne, durant une période de résidence, des enfant de 10 ou 11 ans pour nourrir mes réflexions et mon imaginaire. Mais la crise sanitaire est passée par là. Finalement, la chose pour moi la plus marquante, hormis des échanges avec une classe de CM2, a été d’assister à un conseil municipal d’enfants à Chevilly-Larue.

A partir de là, quelle a été la genèse d’En prévision de la fin du monde et de la création d’un nouveau ?

P.S.: Dès le départ, j’avais précisé à l’équipe des Théâtrales Charles-Dullin que je ne souhaitais pas écrire une pièce documentaire, mais une fable inspirée des échanges que j’allais avoir avec les enfants que je devais rencontrer. J’ai donc imaginé une histoire à trois personnages. Dans cette histoire, une jeune fille de 11 ans kidnappe la jeune maire du conseil municipal d’enfants de sa ville parce qu’elle estime qu’elle ne prend pas les bonnes décisions, qu’elle se laisse totalement instrumentaliser par les adultes, qu’elle ne défend pas les mesures nécessaires pour changer la vie des enfants, notamment en ce qui concerne l’urgence climatique. Il y aussi un personnage de garçon qui, lui, joue le rôle de médiateur.

« Les jeunes générations expriment une peur du futur extrêmement forte. »

A quelles visions de notre monde votre pièce renvoie-t-elle ?

P.S.: A travers ces trois personnages, j’ai voulu montrer que, souvent, notre pensée politique est conditionnée par notre vie. Ce phénomène me semble encore plus marqué chez les enfants. Dans ma pièce, la jeune fille révolutionnaire a une existence extrêmement difficile. La jeune fille qui est maire, elle, est issue de la petite bourgeoisie. Quant au médiateur, il a une vie familiale complexe, mais joyeuse. A la fin du texte, la crise du Covid leur tombe dessus. Il me semblait important de faire intervenir la pandémie dans cette histoire. Car je crois qu’elle a été vécue de façon encore plus violente par les enfants que par les adultes. Les jeunes générations expriment une peur du futur extrêmement forte, une peur essentiellement liée à l’avenir de la planète.

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

En prévision de la fin du monde et de la création d’un nouveau
du lundi 28 mars 2022 au mercredi 6 avril 2022
Les Plateaux Sauvages
5 rue des Plâtrières, 75020 Paris

Le mardi et vendredi à 19h, le mercredi à 14h, le samedi à 16h. Séances scolaires ouvertes aux publics les 28 et 29 mars à 14h, ainsi que les 31 mars et 4 avril à 10h et 14h. Durée de la représentation : 1h. Tél. : 01 83 75 55 70. www.lesplateauxsauvages.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre